L'épidémie s'est étendue aux royaumes de Diamant, de Rubis et de Perle.
Toutefois, leurs frontières ne sont pas encore fermés, puisque la situation n'est pas encore aussi pire qu'à Opale.
Veuillez prendre cet avancement en compte lors de vos prochains rps

Si possible, veuillez favoriser les personnages masculins, les pvs et les scénarios lors de votre inscription. Merci!


La seconde intrigue est lancée! Rendez-vous juste ici pour plus d'informations.

Nous manquons cruellement de royauté, de peuple et de magie!
Veuillez privilégier ces groupes! Notez que si vous choisissez la chevalerie,

la royauté n'y est pas permise. Merci à vous <3 <3

Partagez | 
 

 Les petits conflits # Vëlessia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
écuyer d'émeraude
crédits : arcadie
race : Humain
royaume : Je réside à Émeraude mais je suis née dans le royaume de Perle
âge : 16 ans
métier : Écuyère de Vëlessia
Messages : 1163
Âme-soeur : Elias Riversen

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Les petits conflits # Vëlessia   Mer 9 Mar - 14:51

L'extérieur du cheval exerce une influence bénéfique sur l'intérieur de l'homme.

Je passe pour la énième fois ma brosse sur les poils de mon cheval, c'est un bel étalon, puissant, sa robe est de couleur souris. Plus grand que moi d'une bonne tête, au début j'avais vraiment du mal à hisser ma selle sur lui mais maintenant j'éprouve beaucoup moins de difficulté, en plus de cela, par sa grande délicatesse il mange généralement quand je le prépare s'intéressant de temps à autre à moi. Je me souviens avoir surtout surveillé mon derrière lors de nos débuts parce qu'il tournait la tête pour m'observer et que cela me mettait mal à l'aise, ayant peur qu'il veuille me mordre, maintenant j'y suis habituée. Le problème avec lui, c'est qu'il pense un peu trop souvent à manger, surtout quand nous sommes à l'extérieur du château, un vrai brouteur ! Tiens, on aurait dû l'appeler comme ça « Brouteur » et non pas Fantôme. Fantôme, ça doit être dû au fait qu'il est gris. C'est un joli gris. Je me souviens lors de ma première sortie du château avec lui il m'avait limite arraché l'épaule lorsque sa tête avait plongé vers les herbes aux alentours et j'avais eu du mal à la lui faire remonter, bien trop heureux qu'il était de brouter l'herbe et ne se souciant guère de sa jeune cavalière. Aujourd'hui, il est difficile de le retenir de plonger la tête mais lorsqu'il est en mouvement j'arrive à la lui faire relever plus facilement que lorsqu'il a atteint son but. Je ne peux lui en vouloir, il aime ça l'herbe et moi j'aime manger, tout comme lui. Mais reste que le coup de baisser brusquement sa tête ce n'est jamais agréable pour le cavalier.

Là, il mange les derniers granulés qu'un palefrenier a mis dans sa mangeoire pendant que je m'occupais de lui. Moi, j'ai déjà déjeuné. Ce matin mon maître m'a dit que cette après-midi nous devions sortir et qu'après le repas je devrais aller préparer mon cheval. C'est dommage j'aurais bien aimé passer un peu de temps avec Élias, mais je suis obligée de lui obéir. Je range la brosse et prends son tapis, veillant bien entendu à bien l'installer, ma main se pose sur lui et un sourire s'étire sur mes lèvres. Je l'aime bien mon Fantôme, j'ai eu des difficultés avec lui mais maintenant ça va beaucoup mieux entre nous. Il ne faisait rien contre moi, il faisait plutôt sa petite vie sans se soucier de moi. Pourtant, il ne s'est jamais roulé lorsque j'étais sur lui, ce que maintenant je remarque qu'il vient de faire en me retournant avec la selle. Je pousse un soupir d'agacement, franchement, il aurait pu éviter ! C'est la seconde fois ! Bien sûr que je suis un peu en colère, il va falloir que je refasse tout. Mais rassurez-vous, pas assez en colère pour que mon pouvoir se déclenche. Une fois, je ne sais plus pourquoi, mais il était non loin de moi alors que mon pouvoir était activé, je ne vous dis pas dans quel état il était ! Il n'arrêtait pas d'hennir, de se cabrer et j'étais présente, je n'ai pas eu le temps de sortir du box que je venais de me recevoir un coup de sabot sur le front. Après, je ne me souviens plus de rien, je sais juste que je me suis réveillée dans ma chambre avec un gros mal de crâne. J'ai s'en doute dû m'évanouir après le coup que je venais de recevoir.

Dans mes accès de colère ou de peur, mon pouvoir s'enclenche tout seul, sans que ça soit de ma propre volonté. Il est facile pour moi de savoir s'il est actif lorsqu'il y a des personnes autour de moi, il n'y a qu'à les observer, leurs attitudes changent du tout au tout. Je n'aime pas ce pouvoir et ne peux l'appeler don car je ne le considère pas comme un don. Je repose ma selle puis récupère le tapis qui est de nouveau au sol, je l'époussette pour enlever poussière et paille qui aurait pu se mettre sur lui. Sortant du box, je saisis sur sa porte son licol puis le lui passe. Pas question qu'après que je l'ai de nouveau nettoyée il me refasse le même coup. J'attache la longe de manière à ce qu'il ne puisse plus assez se mouvoir pour même baisser la tête. Ça t'amuse de me refaire faire ça ? Bah là tu vas moins t'amuser ! Je saisis la brosse et recommence mon travail, fermant les yeux pour tenter de reprendre mon calme. Sait-on jamais, un événement pourrait faire en sorte que ma colère augmente d'un cran et que la situation dérape. Alors il vaut mieux que j'arrive à me calmer. Quand je rouvre les yeux, plus calme, je jette un coup d’œil vers lui qui me fait bien comprendre avec des hennissements qu'il aimerait bien que j'allonge la longe car il n'est pas à l'aise. « Tu n'as qu'à t'en prendre à toi-même. Il n'est pas question que tu me refasses le même coup. » je change de brosse « C'est peut-être amusant pour toi de me gâcher tout mon travail mais moi, je dois te préparer pour sortir. Dis-toi qu'il y aura de l'herbe et je sais à quel point tu aimes l'herbe. Maintenant, pas la peine de me regarder comme ça et d'hennir, ça ne changera rien. » Oui, je suis bien déterminée à ne pas céder et à finir de le préparer, histoire qu'on finisse enfin par y aller ! Je crois qu'il m'a compris car il arrête d'hennir mais pourtant continue de me regarder, je n'y prête plus attention et me concentre totalement sur ce que je dois faire.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chef des chevaliers d'Émeraude
I will fight all my life for the freedom
crédits : June (vava), Moi (gif 1), Tumblr (gif2)
race : Mes deux parents sont des elfes de sang pur, ce qui fait de moi une elfe.
royaume : Je suis tout d'abord née au royaume des elfes avant de m'établir à Émeraude à cause de mon statut de chevalier.
âge : 32 ans
métier : Je suis née princesse des elfes avant de dévouer corps et âme à mon rôle de chef des chevaliers d'Émeraude, Maître d'Isaiah
Messages : 960
Âme-soeur : Telles les ténèbres de la nuit, la lumière de soleil, le néant de l'espace... Elle est là, mais imperceptible, encore inconnue.
partie libre :



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Dim 17 Avr - 6:47



«"La plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute."vie» ▬ Confucius, philosophe

L'apprentissage pour devenir chevalier n'était pas facile. J'avais passé beaucoup de temps à perfectionner de nombreuses choses avant de pouvoir le devenir. Quelques personnes croient que j'ai triché pour devenir chef ou que je ne suis qu'une façade puisque je ne suis qu'une femme. Ce qu'ils ignorent est que j'ai travaillé très fort pour arriver où j'en suis et je n'allais certainement pas laisser qui que ce soit dire le contraire ou essayer de me rabaisser. Je suis une femme qui fait preuve de beaucoup de principes et j'ai mes propres valeurs sur plusieurs sujets de la vie. Je suis souvent tombée lors de mes entraînements, mais je me suis toujours relevée et j'ai poursuivis parce que j'avais des objectifs clairs en tête. Je ne croyais pas que m'apitoyer sur mon sort était la solution idéale. Je me suis donc concentrée sur mon objectif et j'ai réussis ce que je souhaitais. Je suis devenue celle qui dirigeait l'Ordre des chevaliers d'Émeraude. Cet honneur n'était pas donné à n'importe qui. J'étais contente que le magicien Érik et le Roi d'Émeraude aient été suffisamment fiers de moi pour prendre cette décision.

Le soleil se levait paresseusement à l'horizon. Les premiers rayons vinrent éclairer mon visage et j'ouvrais lentement les paupières pour regarder le ciel d'un bleu foncé devenant de plus en plus clair à mesure que le soleil montait dans le ciel. Je suis quelqu'un de matinal. Me lever aux petites heures du matin ne m'avait jamais dérangé. Je me suis toujours habituée à cette routine. Si je n'arrivais pas à dormir pendant la nuit, je restais éveillée toute la journée suivante pour éviter de perdre mon cycle de sommeil. Plusieurs personnes disent de moi que je suis trop exigeante envers moi-même. Je devais bien reconnaître que parfois ils avaient raison, mais d'autres fois non. Les écuyers murmurent que je suis sévère, mais juste, ce qui est totalement vrai. Je suis une femme gentille, mais il faut respecter les règles qui ont été établies. Bien sûr tout le monde peut faire des erreurs, mais il faut apprendre des bêtises que l'on fait. C'est ainsi que l'on grandit et qu'on devient une meilleure personne. Selon moi, c'est ainsi que j'ai grandis au fil des années.

J'avais une réunion ce matin de prévue avec le roi. Je ne pouvais donc m'occuper de mon écuyère. J'avais prévue de l'amener au village ou à la forêt pour la journée. Je ne savais pas encore quel sorte d'entraînement nous aurons ou si ce serait davantage une journée pour se connaître. J'aimerais lui montrer qu'elle n'avait pas à craindre de moi et qu'elle pouvait se confier si elle en avait envie. Je n'étais pas une tyran, elle devait s'en rendre compte par elle-même en passant du temps avec moi. Les rumeurs n'étaient pas une bonne chose, rependant souvent des choses erronées et manquant de respect à autrui. Je me suis donc approchée d'Isaiah qui dormait dans la même chambre que moi puisqu'elle était mon écuyère. Doucement je la réveillais afin de ne pas lui faire peur. Lorsqu'elle fut réveillée, je lui parlais doucement en lui expliquant que je devais aller voir le roi, que notre journée se passerait à l'extérieur et qu'elle devait aller préparer les deux chevaux. Si elle avait besoin d'aide le palefrenier allait être présent pour l'aider. Dès qu'elle fut prête, je quittais la pièce habillée de mon habit régulière, soit celle de chevalier, mais sans l'armure. Mon habit habituel était d'une couleur grise, noire et d'un bleu royal.

La réunion avec le roi se déroula plutôt rapidement et sans encombres. Je m'inclinais tout de suite à la fin de notre entretien et je sortis par les grandes portes. Je sortais du château afin de me diriger vers les écuries et de rejoindre mon écuyère qui devait soit avoir terminé de préparer les chevaux ou avait presque terminé cette tâche. J'arrive à temps pour observer une petite scène avec son cheval. Je m'approchais dès qu'elle eut terminée de parler. « Les chevaux sont des bêtes merveilleuses, mais elles sont et resteront sauvages, même avec la meilleure éducation. Ne lui en veut surtout pas de ne pas vouloir, surtout qu'elle ne te connaît pas encore assez » dis-je doucement en m'approchant de son cheval. Je caressais tendrement son museau, ce qui eut l'effet de la calmer presque immédiatement. « Je vois que tu as bientôt terminé et fait du beau travail. Je te donne le choix de ce que nous ferons aujourd'hui. Tu as le choix entre un entraînement ou une balade à cheval dans la forêt ou nous nous arrêtons près de la rivière. La première option, tu connais ce que c'est, la seconde, l'objectif sera surtout d'essayer à nous connaître un peu plus. Qu'est-ce que tu choisis? » demandais-je calmement, toujours ma main sur le museau de Fantôme.

 


© By Halloween sur Never-Utopia


_________________

Vëlessia

Chef des Chevaliers d'Émeraude & Princesse des elfes


Mes roses. 6 au total =):
 


Dernière édition par Vëlessia Stark le Lun 25 Avr - 3:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
écuyer d'émeraude
crédits : arcadie
race : Humain
royaume : Je réside à Émeraude mais je suis née dans le royaume de Perle
âge : 16 ans
métier : Écuyère de Vëlessia
Messages : 1163
Âme-soeur : Elias Riversen

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Mer 20 Avr - 15:15

La valeur d'un professeur se mesure à la personnalité de ses élèves.

J'entends une voix que je connais que trop bien qui enchaîne peu de temps après que j'eus fini de parler à mon cheval, mes yeux se tournent vers la provenance, Vëlessia mon maître est là. Je ne dis pas un mot et l'écoute tout en ayant repris mon travail. Il ne me connaît pas assez ? Et pourtant ça va faire six ans je dirais qu'il m'appartient, il faut plus de six années à un cheval pour apprendre à connaître son cavalier ? C'est juste qu'un emmerdeur je pense. Un cheval qui aime m'embêter et moi, je l'aime malgré tout. Je ne dis rien et me contente de le brosser. J'ai appris à le monter, ce n'était pas facile au début car il était pour moi imprévisible et que même si j'ai grandi en partie dans le royaume de Perle et que ma famille élevait des chevaux, eh bien il fallait que j'apprenne à le connaître. Chaque cheval est différent ! Même des jumeaux ne se ressemblent pas. Le mien, même s'il a de la volonté, qu'il veut bien faire les choses, il préfère penser à son estomac et parfois m'embêter. Mais reste que c'est un bon cheval et que je l'aime bien. Oui, j'ai bientôt fini de le préparer et j'aurai fini de le préparer depuis longtemps s'il ne s'était pas roulé à plusieurs reprises. La suite des paroles de mon maître me surprend. Elle me donne le choix entre s'entraîner ou une balade à cheval. Pas que je suis fainéante, mais l'idée d'avoir une journée sans entraînement me séduis en tout cas une après-midi sans avoir à m'entraîner – et donc moins de risques que je m'emporte – est plaisante. Je repose ma brosse puis prend le tapis que je dépose sur Fantôme, puis alors que je saisis la selle je me décide à lui répondre « Je choisis la balade. Votre jument est prête. » dis-je tout en disposant la selle sur le tapis. Je vérifie de l'avoir bien positionné avant de me baisser pour récupérer la sangle que j'attache. D'un coup d’œil je vois que mon maître a sa main sur le museau de Fantôme, forcément qu'il se tient à carreau maintenant qu'elle est là ! Il devrait le faire aussi avec moi. Voici bien un détail qui pourrait m'énerver mais je préfère me concentrer sur ce que je dois faire. Je m'approche de la porte du box « Pouvez-vous me passer son filet, s'il vous plaît ? » Elle est du bon côté de la porte alors il lui est plus facile pour elle de le saisir, si je voulais le prendre alors il faudrait que j'ouvre la porte mais elle est devant.

Je me souviens que nous devons aussi aller dans cette ferme pour réussir à régler ce problème de vache enceinte. De mon point de vue c'est le propriétaire de la vache qui devrait garder le veau. Je ne sais pas quand nous irons, je suivrais Vëlessia quand elle voudra y aller. Mes doigts passent dans la crinière de Fantôme, pas un nœud, oui j'ai fait du bon travail. Lorsque mon cheval est fin près je décide de le sortir dans la cour et de grimper directement dessus, une fois que je suis aux côtés de mon chevalier je tourne ma tête vers elle « Vous pensez que vous trouverez une solution pour ces deux fermiers ? » C'est volontaire si je n'ai pas dit nous, je ne pense pas qu'elle m’inclura dans la décision. Je lève mon regard vers le ciel, il est bleu sans aucun nuage. Je souris. Il fait malgré tout froid mais c'est dû au fait que l'hiver est arrivé, je sens le froid sur mon visage mais grâce à ma tenue je ne le ressens pas. Pas de neige, j'aime la neige mais aujourd'hui il n'y en a pas. J'espère que nous en aurons durant la semaine. Mais pour une balade je doute que la neige soit une bonne idée, je veux dire que je m'inquiète pour les chevaux pas pour moi. Mes yeux balayent la cour à la recherche d’Élias mais il n'y a pas d'enfant alors mon regard remonte vers la tour, il doit être avec le magicien d’Émeraude. Je l'envie un peu, je ne pense pas qu'un jour il aura à se battre alors que moi je suis destinée à devoir ôter des vies, surtout si la guerre éclate. L'idée de tuer ne m'enchante pas, il m'arrive même d'en faire des cauchemars la nuit, l'idée de tuer m'angoisse, je ne sais pas si je devrais en parler. Je destinais à devenir chevalier est-ce normal d'avoir cette peur de tuer ?
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chef des chevaliers d'Émeraude
I will fight all my life for the freedom
crédits : June (vava), Moi (gif 1), Tumblr (gif2)
race : Mes deux parents sont des elfes de sang pur, ce qui fait de moi une elfe.
royaume : Je suis tout d'abord née au royaume des elfes avant de m'établir à Émeraude à cause de mon statut de chevalier.
âge : 32 ans
métier : Je suis née princesse des elfes avant de dévouer corps et âme à mon rôle de chef des chevaliers d'Émeraude, Maître d'Isaiah
Messages : 960
Âme-soeur : Telles les ténèbres de la nuit, la lumière de soleil, le néant de l'espace... Elle est là, mais imperceptible, encore inconnue.
partie libre :



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Lun 25 Avr - 3:36



«"La plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute."vie» ▬ Confucius, philosophe

L'énergie que dégageait certaines personnes suffisaient à calmer certains animaux. J'étais habitué à la présence des chevaux et j'avais bien appris à les dompter. Lorsque l'on était assez doux avec eux, ils semblaient le ressentir et se calmaient peu à peu. D'ailleurs... une petite pomme en arrivant ne faisait jamais de tort pour que notre cheval nous aime non? Cette option commence toujours bien une journée lorsque l'on a prévu une balade à cheval. J'avais donné l'occasion à mon écuyère de choisir entre l'entraînement ou bien une simple balade. Cependant, avant que notre destination finale ne soit atteinte, nous étions obligés de s'arrêter au village afin de venir en aide à un fermier qui n'arrivait pas tout seul à mettre bas l'une de ses vaches. Ce n'était pas seulement une question de mettre bas, mais aussi une question de propriété. Le fermier avait le droit de garder le veau, même si d'autres voudraient l'abattre afin d'avoir la viande de veau. Cette pratique ne me plaisait pas vraiment, mais la viande était bonne. Certaines choses n'étaient pas vraiment plaisantes, même si elles devaient vraiment être faites. Enfin... le truc de cette vache était surtout que l'un possédait le taureau et l'autre la vache. C'était donc de savoir qui allait garder le veau. La réponse pour moi était plus que claire: c'était le propriétaire de la vache qui devrait garder le veau. Pourquoi? Parce que la vache lui appartient. Le veau a besoin de sa mère afin de recevoir tous les nutriments essentiels par le lait maternel ainsi que tous les anticorps nécessaires afin d'éviter de tomber malade et de mourir. L'autre fermier avait simplement un taureau avec lequel il pourra faire engrossir d'autres vaches. La seule tâche du taureau était de mettre enceinte des vaches afin de produire du bétails, donc de la nourriture. C'était aussi simple dans ma tête. J'espère qu'ils comprendront chacun leur rôle. Ce n'était pas possible d'éloigner le petit de la mère. Pas quand il venait tout juste de naître. Je tendis le filet que me demandais ma jeune écuyère avec mon petit sourire habituel.

Soudain, j'entendis des paroles d'une voix féminine dans ma tête et je tournais la tête vers mon écuyère. Je m'étais brièvement concentrée sur elle et ses pensées me vinrent. Je ne sourcillais même pas une seule seconde en entendant les paroles qui émanaient de sa tête. Je devais dire que c'étaient des questions que tous les chevaliers s'étaient au moins une fois posées dans le passé, surtout dans le temps où ils étaient écuyers. Comment y étais-je arrivée à me résoudre à ces idées? Simplement parce que la vie est parfois injuste. Les gens doivent mourir parfois pour le bien, parfois pour le mal. La justice n'était pas juste envers tous et chacun. Certains malfrats peuvent être emprisonnés dans les donjons toute leur vie tandis que d'autres doivent être pendus pour leurs crimes. Le roi sanctionnait toujours les malheureux à sa manière. Certains dirigeants préféraient la peine de mort, d'autre l'emprisonnement. Bien entendu ,quelqu'un ne se fera pas pendre parce qu'il a volé un fruit à un marchand, mais s'il a osé violé une femme ou assassiner quelqu'un il risquait fortement de se retrouver la corde au cou. La plus grande crainte que je possédais sur cette question était: aies-je tué un innocent? Certaines personnes peuvent mentir, d'autres savent très bien camoufler leurs pensées et il est alors impossible de savoir la vérité. Je me suis résignée avec ma conscience sur ce sujet il y a de cela fort longtemps. Isaiah allait devoir faire la même chose afin de pouvoir avancer et de faire correctement son travail. Devenir chevalier n'était pas facile, mais elle y arrivera, j'en étais certaine.

Je montais donc sur ma jument ainsi que mon écuyère sur son cheval. Nous nous dirigeâmes ensemble vers le village d'Émeraude. Cette histoire de vache me faisait rire intérieurement. Je trouvais cela idiot que deux hommes en viennent à se disputer la naissance d'un veau quand le petit doit obligatoirement rester avec la mère. « Dis-moi Isaiah, que penses-tu que cette histoire de veau? Crois-tu que le fermier qui possède la vache devrait le garder ou est-ce le fermier qui possède le taureau qui devrait ramener le veau chez lui? » dis-je calmement alors que nous avons commencés à avancer lentement. J'allais doucement à cheval puisqu'il n'était pas nécessaire de se dépêcher d'arriver sur place. La vache pouvait accoucher dans quelques minutes ou dans quelques heures. Je pouvais ressentir l'énergie autour de moi, il me serait donc plus facile de savoir quand le fermier aura le petit. Les pensées de mon écuyère m'inquiétait bien quelques fois. Elle semblait avoir vraiment peur de devenir chevalier. Je pouvais comprendre cette peur qui la rongeait, mais je voulais lui apprendre que bien malgré le fait qu'elle était encore jeune, elle verrait qu'une fois devenue chevalière, elle allait se rendre compte que plusieurs de ses doutes auront disparus. Tous ne disparaîtront pas, car la vie continue d'avancer et certaines choses ne nous conviennent pas. Certaines viendront frapper nos valeurs personnelles. Nous avons un code à respecter et nous nous sommes engagés à le respecter. Même moi je ne suis pas tout le temps en accord avec les décisions du roi, mais je n'ai pas le choix d'obtempéré. C'était mon travail. J'aimais mon travail, même si quelques fois il me donnait quelques sueurs froides.


 


© By Halloween sur Never-Utopia


_________________

Vëlessia

Chef des Chevaliers d'Émeraude & Princesse des elfes


Mes roses. 6 au total =):
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
écuyer d'émeraude
crédits : arcadie
race : Humain
royaume : Je réside à Émeraude mais je suis née dans le royaume de Perle
âge : 16 ans
métier : Écuyère de Vëlessia
Messages : 1163
Âme-soeur : Elias Riversen

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Mer 27 Avr - 15:52

Les inquiétudes sur l'avenir forment le poison le plus amer sur l'instant présent de la vie.

J'entends mon maître qui s'adresse à moi, ma tête se tourne vers elle l'écoutant me demander mon avis sur l'affaire qui nous amène au village. Mon avis est déjà fait, le veau devrait rester avec sa mère. Je ne sais pas ce qui adviendra de lui et je ne veux pas le savoir, je m'en fiche en fait. Mais il reste que le veau devrait rester avec la vache. Et le fermier qui a le taureau devrait s'en prendre à lui-même, ses clôtures devraient être meilleurs pour éviter de nouveau ce genre d'accident. L'hiver est là et avec l'épidémie à Opale, les animaux comme les humains vont en pâtir. Ce veau ne va pas naître au bon moment. « Je pense que c'est celui qui a la vache qui devrait garder le veau. » On a tous besoins de nos parents mais plus de notre mère que de notre père « Avec l'hiver il aura besoin d'elle pour survivre, je doute qu'un taureau puisse vraiment l'aider. Et puis, le fermier qui a le taureau devrait régler son problème de clôtures pour que ça ne se reproduise pas. » Je sais, je sais, elle m'a demandé mon avis que sur le veau et j'aurais peut-être dû m'en tenir à cela mais je n'ai pu m'empêcher de lui faire savoir mon point de vue sur le propriétaire du mâle. Et puis, c'est tout de même la vache qui fait tout le travail derrière. Je sais comment on fait des bébés, je suis grande, je n'ai pas eu à tomber par hasard sur un couple qui le faisait pour le savoir, il me suffit d'observer les animaux ou écouter les personnes parler de la gestation de tel ou tel animal pour me douter que c'est la même chose pour nous autres les êtres humains. Je ne suis pas particulièrement attirée par la sexualité et ne cherche pas non plus à tomber amoureuse, en ce moment je préfère prendre mes distances avec les autres que de les côtoyer, avec mon pouvoir qui peut se déclencher pendant un accès de grande colère je crois que c'est la meilleure chose à faire. Je côtoie seulement mes quelques amis, je ne crois pas avoir besoin d'une flopée d'amis, seulement quelques-uns me suffisent. J'apprécie beaucoup la compagnie d’Élias, je me sens bien à ses côtés, je peux tout lui dire je sais qu'il ne le répétera pas, enfin j'espère que je ne me trompe pas.

L'épidémie à Opale m'inquiète, pourtant pas assez pour m'empêcher de dormir. J'espère qu'ils vont réussir à l'arrêter, j'espère qu'elle ne s'étendra pas aux autres royaumes. Je n'ose pas imaginer les dégâts que cela pourrait engendrer sur les autres royaumes avec l'hiver qui s'est installé. Peut-être devrions-nous intervenir ? Les aider ? Trouver la cause ? Oui, il faudrait trouver la cause car cela engendre des tensions entre les différents pays. La guerre gronde et je ne suis pas de ces personnes qui espèrent qu'elle éclatera. J'aime la paix et j'espère qu'elle restera. J'ai peur de la guerre, peur de faire du mal, peur de tuer. Peur de mourir ? Je ne sais pas. J'ai peur que ma famille en pâtisse. Que ce soit de l'épidémie ou de la maladie. « Dites, vous pensez que l'épidémie et l'hiver viennent de quelque part ? ou bien est-ce une simple coïncidence ? » autant faire la conversation non ? Le silence pourrait devenir rapidement pesant et j'aimerais connaître son point de vue sur les événements qui se déroulent en ce moment. Si la guerre éclate alors je me devrais de suivre mon maître, je n'irais pas avec joie et envie d'aventure, c'est une aventure que je ne souhaite guère d'aller faire la guerre. Même quand j'étais élève ou quand je suis devenue écuyère l'envie d'aller faire la guerre ne m'a jamais tenté. Mais lorsque nous sommes en pleine bataille je crois qu'une seule loi s'applique, tuer ou être tué. Ça, ça a la capacité de me couper le sommeil, de me garder éveiller de longues heures après que la nuit soit tombée et que j'ai gagné mon lit. C'est sûrement l'une des choses qui me tracassent le plus. Mais si quelqu'un est à l'origine de tout ça, qu'est-ce que cette personne gagnerait à nous voir nous entre-tuer ? Je ne crois pas que durant les guerres il y ait de réels gagnants. Bien sûr qu'il y a des vainqueurs et des perdants mais tout le monde y perd au final. Il y a les victimes, les destructions … je ne vois pas qui pourrait faire ça et pourquoi. Peut-être que je cherche au mauvais endroit ? Peut-être que cela ne vient pas de notre continent ? Peut-être que cela vient de l'autre côté des montagnes ? Mais pourquoi commencer une guerre alors que tout va pour le mieux ? Je sens que mon cheval va baisser à la tête alors je serre mes rennes, lui faisant comprendre que non, je n'ai pas envie qu'il se mette à brouter, parce que s'il s'y met alors nous ne sommes pas prêtes d'arriver ! Bien sûr, je me souviens que je lui ai dit qu'il pourrait brouter, mais une fois que notre mission sera réglée.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chef des chevaliers d'Émeraude
I will fight all my life for the freedom
crédits : June (vava), Moi (gif 1), Tumblr (gif2)
race : Mes deux parents sont des elfes de sang pur, ce qui fait de moi une elfe.
royaume : Je suis tout d'abord née au royaume des elfes avant de m'établir à Émeraude à cause de mon statut de chevalier.
âge : 32 ans
métier : Je suis née princesse des elfes avant de dévouer corps et âme à mon rôle de chef des chevaliers d'Émeraude, Maître d'Isaiah
Messages : 960
Âme-soeur : Telles les ténèbres de la nuit, la lumière de soleil, le néant de l'espace... Elle est là, mais imperceptible, encore inconnue.
partie libre :



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Lun 30 Mai - 4:14



«"La plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute."vie» ▬ Confucius, philosophe

Les pensées d'Isaiah auraient peut-être inquiétées plus d'une personne, mais moi, je n'étais pas trop inquite. Je sais que le rôle de chevalier n'est pas facile à voir dans le futur, on ne sait même pas si nous nous rendront jusqu'à ce stade avant de mourir. Serons-nous appelés sur un champ de bataille alors que notre horloge biologique n'a même pas atteinte dix-huit années? Trop de jeunes jadis sont morts sur les champs de batailles dût à la violence des ennemis qui les envahissaient. Les maîtres n'avaient pas été assez attentifs, trop surchargés d'ennemis? Personnes ne pourraient répondre à cette question pour le moment. Je ne suis pas d'accord pour les laisser à leur sort, mais je crois qu'ils doivent apprendre d'eux-mêmes en même temps. Ils doivent se rendre compte de ce qu'ils désirent vraiment. La voie de l'Ordre d'Émeraude n'était pas pour ceux et celles qui avaient été forcés par leurs parents à venir. S'ils sont venus de leur plein gré, ils devront se retrousser les manches et faire face à ce qui va arriver. Leur adoubement dépendait toujours du rapport fait par le maître de l'écuyer face au chef de l'Ordre ainsi qu'au Roi d'Émeraude. Tous les deux prenaient la décision d'adouber le chevalier ou de le retarder d'une ou de plusieurs années au stade d'écuyer. S'ils décidaient de le laisser au rang d'écuyer c'était pour son bien, pour sa sécurité et non pour l'humilier.

Si je pensais qu'Isaiah n'était pas prête à devenir chevalière, j'en parlerais au Roi d'Émeraude dès que l'heure d'être adoubée viendra. Rendue à l'âge de seize années, mon écuyère avait encore quelques années à faire avant de devenir chevalière à son tour. Elle avait encore du temps pour se prendre en main et de savoir si c'était réellement ce qu'elle désirait. Je n'étais pas là pour tout le temps lui faire la morale ou la surveiller comme une mère le ferait auprès de son nourrisson. Toutefois, je demande toujours le respect de mes écuyers, d'éviter d'arriver en retard et d'obéir aux ordres. S'ils les discutent, ils doivent avoir des raisons valables et me le faire comprendre, car sinon les choses risquent d'empirer. Je suis très sévère sur la discipline lorsque celle-ci ne me convient pas. J'ai mes valeurs et mes visions des choses. Elles sont pour moi cohérentes, mais je n'ai pas de difficulté à admettre certaines de mes erreurs si on me prouve que j'ai tort ou que je dois modifier des règles ou autres choses. Soudain, les paroles de mon écuyère tirent mes pensées des limbes et je tourne mon visage vers elle. « - Très bien. Un bébé ne devrait jamais quitter sa mère, sauf si celle-ci est soit incapable de s'en occuper, soit elle est un danger pour l'enfant. Cela en vaut autant pour les animaux que pour les humains. Le lait maternel permet de donner la force à un nourrisson. Tout ce dont il a besoin pour grandir, faire endurcir ses os, que ses organes se développent. Rien n'est plus fort que le premier contact d'un bébé avec sa mère, sauf dans les cas que je t'ai mentionnés quelques secondes plus tôt. » Ma tête se détourne un peu. J'ai vu des cas où les mères refusaient le petit, l'abandonnant. Certaines avaient même essayées de tuer leur enfant, plongeant leur petit corps sous l'eau ou dans la rivière. Certaines femmes étaient trop fertiles et n'étaient pas faites pour être mères. D'autres, au contraire, étaient infertiles et feraient les meilleures mères du monde. La vie n'était pas toujours juste, malheureusement.

La question d'Isaiah sur l'épidémie d'Opale me met pensive pendant de longues secondes. « - Une épidémie commence toujours quelque part. Le plus gros problème, c'est de savoir de quoi ou de qui elle vient. Des maladies ou des épidémies sont parfois causées par les insectes, les excréments d'oiseaux, des bêtes inconnues ou même encore de personnes mal attentionnées comme des sorciers » dis-je calmement en guidant correctement mon cheval vers le village. « - Si on ne sait pas la cause de la maladie, il est très difficile de la traiter et nous ne savons toujours pas si elle est mortelle ou encore très contagieuse. Les gens tombent malades, mais à quelle vitesse? Si elle se répend vite, c'est une épidémie virulente. Si elle ne l'est pas, c'est un peu mieux. Cependant... si elle est mortelle, cela peut devenir très dangereux pour un village » concluais-je, toujours un peu pensive. « - Je ne voulais pas t'inquiéter, mais tu dois savoir la vérité sur ce genres de choses. Certaines restent dans l'ombre même si nous essayons le mieux que nous pouvons de les résoudre. Je voudrais que rien ne se produise, que rien ne soit jamais arrivé, mais ce n'est pas le cas. Tout ce que nous pouvons faire c'est de donner notre temps et notre énergie à essayer de comprendre, diagnostiquer et aider ceux qui sont dans le besoin. » Aider ne signifiait pas seulement de tendre la main, mais de les protéger si une attaque survenait. Je regarde droit devant moi et je vois enfin les petites maisonnées apparaître. « - Nous voilà au village. Le fermier que nous cherchons se trouve à quelques minutes d'ici. Suis-moi. »


944 mots.
Pardon du grand retard. Les choses se sont un peu calmées alors j'ai eu un peu de temps =)

 


© By Halloween sur Never-Utopia


_________________

Vëlessia

Chef des Chevaliers d'Émeraude & Princesse des elfes


Mes roses. 6 au total =):
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
écuyer d'émeraude
crédits : arcadie
race : Humain
royaume : Je réside à Émeraude mais je suis née dans le royaume de Perle
âge : 16 ans
métier : Écuyère de Vëlessia
Messages : 1163
Âme-soeur : Elias Riversen

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Sam 4 Juin - 20:17

Les hommes provoquent les situations, les femmes prennent les décisions.

J'écoute avec attention les paroles de mon maître, gardant mes yeux sur l'horizon et tenant bien mes rênes car je sais qu'à tout moment mon cheval peut se décider à brouter. J'ai subi ses baisses de têtes dès la première fois où je suis partie en balade avec lui, j'ai eu pendant un bon moment mal aux épaules. Mais depuis, j'ai appris à guetter les moments où il voudra baisser la tête, trouvant une herbe à son goût. Je lui ai bien dit qu'il pourrait brouter à sa guise, mais pas maintenant, cela nous retarderait et puis, je préfère ne pas tenir les rênes au moment où il se mettra à faire le vide autour de lui, même si je devrais les tenir un minimum au cas-où où il se décide à embarquer ou si nous devons reprendre la route. Mais avec chance, Fantôme ne semble pas être plus intéressé que cela par l'herbage, en tout cas pour le moment. Mon maître a raison, un bébé ne devrait pas être séparé de sa mère sauf dans les cas qu'elle vient de m'exposer. Je suis encore jeune et je n'ai pas vécu tout ce qu'elle a vécu, je ne suis même pas encore adulte. Est-ce que j'ai hâte d'être adulte ? Je ne sais pas trop, ça m'effraie un peu, être adulte c'est avoir plus de responsabilités, plus de soucis. Ma vie actuelle me plaît mais je sais que je ne pourrais être éternellement écuyère. « Donc, vous ferez en sorte que le veau reste avec sa mère, c'est ça ? » Question un peu rhétorique car la réponse me semble évidente. Oui, mon maître fera en sorte que l'animal reste avec la vache. Il n'en reste pas moins que le propriétaire du taureau devrait veiller un peu mieux sur ses bêtes et peut-être penser à un nouvel aménagement de ses enclos pour éviter d'autres cas de ce genre, qui sait combien de vaches cette bête a déjà engrossé sans que son propriétaire le sache !

Je dois à présent attendre que Vëlessia réponde à mes interrogations, mais rien ne presse et je la laisse volontiers réfléchir aux réponses qu'elle peut me donner. Ma main glisse sur l'encolure de mon cheval et va se glisser sous la crinière de Fantôme qui pousse un hennissement, fouettant l'air avec sa queue. Je ne sais pas s'il est content, mais je préfère me dire que oui. Je ferme les yeux, je ne suis pas fatiguée, je profite juste de la tranquillité du moment présent en attendant que mon maître réponde. Mes paupières se rouvrent lorsque Vëlessia se met à parler et mes yeux viennent se fixer sur elle. Je ne peux nier que la situation à Opale me préoccupe, pour le moment l'épidémie est toujours maintenue là-bas mais sait-on jamais si un jour celle-ci se répand sur un autre royaume. Nous sommes proches de ce royaume, mais je ne pense pas que nous serons les prochains touchés si l'épidémie devait se répandre dans un autre pays. Certes nous sommes proches mais pas un royaume limitrophe d'Opale. Il y a Diamant qui nous sépare de celui-ci. Je m'en fais pour les habitants du royaume de Perle, j'en viens et je m'en fais surtout pour ma famille. Mais eux sont bien loin d'Opale, en tout cas, plusieurs royaumes les maintiennent à distance de ce royaume. Je n'ose imaginer ce qui pourrait advenir si l'épidémie devait dépasser les frontières du royaume où elle est apparu. Mon regard se détourne de Vëlessia et je garde le silence, réfléchissant aux mots qu'elle vient de prononcer au bout d'un moment, pas si long que ça mais quand même, je me décide à reprendre « Pensez-vous que nous devrions intervenir ? Aider les habitants d'Opale, chercher d'où peut provenir l'épidémie ?! plusieurs chevaliers et écuyers viennent d'Opale et je sais que certains s'inquiètent pour leurs familles restaient là-bas ... » Chose qu'elle n'ignore sans doute pas. Voilà que nous arrivons au village, ou au moins nous pouvons l'apercevoir, d'ici quelques minutes nous serons auprès des deux éleveurs et nous réglerons toute cette affaire. J'obéis donc et la suis sans un mot.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chef des chevaliers d'Émeraude
I will fight all my life for the freedom
crédits : June (vava), Moi (gif 1), Tumblr (gif2)
race : Mes deux parents sont des elfes de sang pur, ce qui fait de moi une elfe.
royaume : Je suis tout d'abord née au royaume des elfes avant de m'établir à Émeraude à cause de mon statut de chevalier.
âge : 32 ans
métier : Je suis née princesse des elfes avant de dévouer corps et âme à mon rôle de chef des chevaliers d'Émeraude, Maître d'Isaiah
Messages : 960
Âme-soeur : Telles les ténèbres de la nuit, la lumière de soleil, le néant de l'espace... Elle est là, mais imperceptible, encore inconnue.
partie libre :



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Dim 5 Juin - 21:45



«"La plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute."vie» ▬ Confucius, philosophe

Je ne sais pas si je vais être cordiale avec les deux fermiers quant à cette conversation complètement futile. Comment peut-on se disputer pour un veau? Il me semble que tout le monde, avec une certaine logique, sait bien que le veau doit rester avec la mère afin d'obtenir tous les nutriments nécessaires à sa survie grâce au lait maternel, mais également d'éviter de se retrouver seul ou tué. Nous devons aller les voir pour résoudre ce conflit complètement absurde selon moi. Je ne suis pas la plus diplomate quand il s'agit de choses aussi stupides. Je continue de diriger mon cheval en direction de la maisonnée où aura lieu le rendez-vous que nous nous étions tous fixés. J'avais amené Isaiah parce qu'elle est mon écuyère et que si elle est jugée apte elle pourra devenir chevalière d'ici quelques années seulement. Je me souviens du jour de mon adoubement. J'ai été fortement stressée lorsque je suis montée sur l'estrade afin de recevoir mon titre et que le roi dépose sur chacune de mes épaules la lourde épée qu'il tenait entre ses mains. J'ai été proclamée chef quelque temps par la suite. Le fardeau d'être le chef de l'Ordre était assez lourd par moment. Je sais que j'en suis capable, mais ce n'est certes pas une tâche facile, surtout en temps de guerre. « - Le veau doit rester avec sa mère, alors oui je ferais en sorte que le petit reste avec sa mère. Cette dispute est complètement stupide. L'homme qui possède le taureau doit sûrement le vouloir pour le vendre ou le tuer pour avoir un peu plus de nourriture. Ces raisons ne doivent pas être bien nobles. Je ne laisserais un pauvre nouveau-né en dehors de sa mère hormis si celle-ci le rejette ou essaie de le tuer » répondis-je calmement à mon écuyère même si ma voix était légèrement sèche, révélant que je n'étais pas très heureuse de la situation qui allait venir.

Alors que nous arrivons au village, j'entends la question qu'Isaiah me pose. Il est fort dommage pour les gens vivants à Opale de l'épidémie qui sévit, mais sans trouver la cause, c'était très difficile de pouvoir faire quelque chose. « - Je sais que mes parents cherchent actuellement les causes du froid qui sévit de plus en plus en ces terres, mais également de l'épidémie qui ronge Opale. La royauté d'Elfes est préoccupée par ce qui se passe. D'autres messagers ou ambassadeurs ont été envoyés à Émeraude afin de donner des nouvelles de leurs royaumes sur la situation. Notre nombre est encore trop bas pour pouvoir envoyer tous les chevaliers dans différents royaumes. » dis-je pour commencer. Je voyais un peu plus loin la maisonnée du fermier qui détenait la vache ainsi que le petit. « - J'aimerai beaucoup intervenir, pouvoir aider davantage... tu sais que je suis la meilleure guérisseuse de l'Ordre, de notre génération... ce mal m'est étranger. Je ne suis pas du tout heureuse de constater cette information moi-même. La seule chose que j'arrive à faire est de calmer les maux afin que les gens se sentent un peu mieux, moins souffrant physiquement, mais les dégâts ne s'effacent pas et je ne comprends pas pourquoi. J'ai envoyé plusieurs fioles dans le royaume d'Opale afin de les aider au niveau de la douleur. Cette épidémie est... mystérieuse, très étrange même. Nous ignorons si elle vient d'un animal, d'un être humain ou d'une force étrangère. Nous essayons du mieux que nous pouvons selon nos capacités d'élucider ce mal. Pour les chevaliers et les écuyers venant d'Opale, je peux comprendre leurs inquiétudes. Mes parents sont accusés de participer à la neige qui tombe, au froid qui s'installe. Ils ne sont pas malades, mais je m'inquiète que les autres les accusent. Ceux du château provenant d'Opale devraient demander une réquisition au Roi afin d'aller voir leur famille ou d'envoyer des lettres. Ils pourront ainsi voir si leur famille va bien. » C'était la seule chose que je voyais à faire pour le moment. Nous ne pouvions pas seulement toujours aller à Opale. Les lettres servent aussi. Il fallait essayer, c'est tout ce que nous avions pour le moment.

Lorsque nous arrivons enfin devant les deux hommes qui se regardaient à couteaux-tirés, je fis arrêter mon cheval et descendis. Le choc de mes bottes sur le sol attira l'attention des deux hommes qui tournèrent la tête vers moi et mon écuyère. Je m'avance calmement vers eux. « - Messieurs. Je suis Vëlessia Stark, chef de l'Ordre des Chevaliers d'Émeraude et voici mon écuyère Isaiah Lancaster. Je suis envoyée par le Roi d'Émeraude suite à votre requête écrite concernant un veau. J'attends de chacun de vous votre point de vue, vos affirmations ainsi que pourquoi le veau devrait être à vous. » dis-je calmement en les observant de mes yeux céruléens. * Ces hommes ne possèdent aucune magie. Tu es capable de pénétrer dans leurs esprits sans même qu'ils s'en rendent compte. Tiens-moi au courant si l'un d'eux ment ou a une pensée impure, déplacée ou quoi que ce soit d'important. N'oublie pas de m'en informer par télépathie seulement *dis-je alors dans la tête de mon écuyère. Si une personne possédait des facultés magiques, infimes soient-elles, peut ressentir l'intrusion dans ses pensées sauf si le télépathe est un maître dans la matière.


940 mots.
Pardon du grand retard. Les choses se sont un peu calmées alors j'ai eu un peu de temps =)

 


© By Halloween sur Never-Utopia


_________________

Vëlessia

Chef des Chevaliers d'Émeraude & Princesse des elfes


Mes roses. 6 au total =):
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
écuyer d'émeraude
crédits : arcadie
race : Humain
royaume : Je réside à Émeraude mais je suis née dans le royaume de Perle
âge : 16 ans
métier : Écuyère de Vëlessia
Messages : 1163
Âme-soeur : Elias Riversen

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Lun 6 Juin - 0:14

Quand les arguments s'effritent, les positions se durcissent.

J'aimerais tellement pouvoir aider les gens d'Opale, nous n'avons plus de nouvelles de la part de leur royaume depuis que les frontières ont été fermés. En tout cas, de ce que je sais, les chevaliers et écuyers qui viennent d'Opale n'ont pas eu de nouvelles, peut-être que le roi si ? La situation est des plus préoccupantes là-bas. L'épidémie fait des victimes bien entendus mais avec le froid qui s'est installé sur Enkidiev les victimes doivent s'accumuler plus vite. Y a-t-il encore des gens vivant là-bas ou tout le monde a été décimé ? Je pense que les membres de la royauté doivent avoir des nouvelles pour savoir quelle est la situation mais j'aimerais qu'il y ait une meilleure communication. Je ne viens pas d'Opale mais j'imagine bien que si cela arrivait à Perle je souhaiterais qu'on me donne des informations sur ce qui s'y passe, même si les nouvelles sont mauvaises. J'aimerais savoir. Mes épaules s'affaissent un peu en écoutant les paroles de mon maître, si même elle ne peut les guérir que va-t-il advenir ? Apaiser la souffrance c'est bien, guérir c'est mieux. J'aimerais tellement que nous y arrivions. Peut-être que nous pourrions trouver la solution dans les livres ? Maître Talanian a beaucoup de savoirs, peut-être trouvera-t-il la solution ?J'aimerais aller à Opale pour aider ces personnes qui sont dans la souffrance même si ce n'est que pour apaiser leurs souffrances et être là – pour certains – pour leurs derniers instants. C'est décidé, j'irais prier pour eux même si je doute que mes prières puissent changer quelque chose. Pourquoi les dieux ont-ils décidé de nous affubler de ce malheur ? Je n'ai jamais pensé que les parents de mon maître soient responsables de ce qui se passe et je veux bien la croire quand elle me dit qu'ils cherchent d'où peut provenir ce froid. Peut-être que tout simplement l'hiver est arrivé plus tôt cette année de façon naturelle ? Comme la chaleur peut s'abattre sur nous pendant certaines journées du printemps et vers sa fin alors que l'été n'est pas encore arrivée ? Les paroles de mon maître me désolent au point que je ne lui réponds même pas, mon regard restant dans le vague, guidant mon cheval aux côtés de Vëlessia. Si on ne peut même pas les guérir …

Je me redresse sur Fantôme lorsque nous arrivons au village, une écuyère avachit ne fait pas bonne impression, mon regard se fait moins vague mais je garde tout de même le silence. Je descends en même que mon maître de mon cheval et mes doigts viennent accrocher les rênes de sa jument en plus de tenir celles de Fantôme. Je garde un visage neutre, ne trahissant aucune émotion et surtout ne montrant pas que mon maître communique avec moi par la pensée * Bien maître. * mes yeux pourtant vont rapidement de l'un à l'autre, commençant déjà à m'introduire dans leurs esprits. Je m'en sors bien avec la télépathie alors je sais que je n'aurais aucune difficulté à savoir si l'un ou l'autre ment. Je reste immobile, à ma place entre les deux chevaux, je sens que Fantôme commence à guetter l'herbe, peut-être le laisserais-je brouter tout en gardant tout de même ma main sur ses rênes au cas-où. Voilà que le premier homme commence à parler, il est le propriétaire de la vache. J'entends ses paroles et en même temps j'écoute ses pensées. « Bien le bonjour, ravi d'enfin vous voir ! Je suis Herbert, le propriétaire de la vache et du veau. » il jette un regard appuyé à celui qui doit donc être le propriétaire du taureau, il revendique déjà la propriété du petit « Il me semble normal que le petit me revienne, il aura besoin de sa mère surtout avec l'hiver qui s'est installé. Je ne sais pas encore si ça sera une femelle ou un mâle, nous verrons quand il naîtra mais je ne souhaite pas le séparer de sa mère tant qu'il ne sera pas grand. À ce moment-là je verrais. Si c'est un taureau je pense que je le garderais, sinon je le vendrais à un autre éleveur. Ma vache m'a déjà donné de bons petits veaux et je ne les ai jamais séparés d'elle jusqu'à ce qu'ils soient grands. Je vous l'assure chevalier. » « Menteur ! Je suis sûre que tu le mangeras, comme toute personne sensée, moi c'est ce que je ferais ! quand il sera assez grand, je pourrais avoir de la nourriture pour plusieurs mois ou je vendrais la viande au marché, avec le froid la nourriture va se faire rare et je pourrais en gagner un bon prix ! et si c'est un taureau, il fera comme son père, il se reproduira. Le veau doit me revenir ! »

Le propriétaire du taureau ne s'est même pas présenté, il préfère garder son regard focalisé sur l'autre fermier, sûr de lui et de ses propos, ne se rendant même pas compte que je suis dans son esprit comme dans celui de l'autre homme. * Maître, le propriétaire de la vache dit vrai et il a l'air d'être un homme bon. Je ne suis même pas sûre que le propriétaire du taureau s'occupera des clôtures, il se préoccupe bien plus de sa fortune que du bien-être des animaux ou même de sa famille, même s'il s'occupe bien de ses taureaux. Je le crois quand il dit qu'il le mangera, peut-être même n'attendra-t-il pas qu'il est grandi pour le tuer … hier il a battu sa femme au lieu de ses enfants. * pour ma part, je me range du côté du propriétaire de la vache de par les paroles que nous nous sommes échangées avec Vëlessia mais aussi parce que je vois que cet homme est quelqu'un de bien contrairement à l'autre.
roller coaster


Dernière édition par Isaiah G. Lancaster le Mar 7 Juin - 1:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chef des chevaliers d'Émeraude
I will fight all my life for the freedom
crédits : June (vava), Moi (gif 1), Tumblr (gif2)
race : Mes deux parents sont des elfes de sang pur, ce qui fait de moi une elfe.
royaume : Je suis tout d'abord née au royaume des elfes avant de m'établir à Émeraude à cause de mon statut de chevalier.
âge : 32 ans
métier : Je suis née princesse des elfes avant de dévouer corps et âme à mon rôle de chef des chevaliers d'Émeraude, Maître d'Isaiah
Messages : 960
Âme-soeur : Telles les ténèbres de la nuit, la lumière de soleil, le néant de l'espace... Elle est là, mais imperceptible, encore inconnue.
partie libre :



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Lun 6 Juin - 2:32



«"La plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute."vie» ▬ Confucius, philosophe

Mon regard se tourne vers le premier fermier qui semble être plutôt honnête. Il avait parlé d'une voix calme, posée et ne semblait pas être énervé de la situation, même s'il devait ressentir un petit pincement de colère face au propriétaire du taureau qui essayait de prendre possession d'un veau qui n'était même pas encore né. Par contre, dès que l'autre fermier prit la parole, je ravale ma salive pour le regarder droit dans les yeux. Je ne suis pas contente de la façon dont il aborde le sujet. Il ne s'est même pas présenté et ose tout de suite attaquer l'autre villageois. « - Une vache sert à produire du lait et donc à nourrir plusieurs membres d'une même famille. Lorsque celle-ci n'en produit plus et ne sert à rien il est alors normal de pouvoir l'abattre et de l'offrir sur la table afin de la manger. Si tous les fermiers se mettaient à abattre les vaches pour manger, les petits également... que vous restera-t-il? Des taureaux seulement. Sans vache, comment allez-vous faire pour en produire d'autres? Êtes-vous aveugle au point d'enlever un petit à sa mère alors qu'elle lui donnera l'affection dont il a besoin pour se redresser sur ses pattes dès sa naissance? Les nutriments dont il a besoin dans le lait maternel afin que ses os grossissent et qu'il devienne plus fort? » dis-je calmement même si je sens que la colère n'est pas loin dans mon corps. L'homme qui possédait le taureau ne semblait pas content que je me mêle de cette affaire ainsi. Son visage semble même prendre une petite teinte cramoisi. « - Quoi? Vous comptiez vous en prendre à un pauvre nouveau-né sans défense? Que feriez-vous si votre femme mettait au monde un nouvel enfant? Vous le donneriez à quelqu'un d'autre ou le laisseriez mourir? » Oui, la référence est exagérée et cruelle, mais si cet homme est capable de faire une telle chose à un pauvre animal qui vient juste de naître et qui a besoin de sa mère... que ferait-il si sa femme donnait naissance à un nouvel enfant? Le bébé naissant sera-t-il servi sur la table pour nourrir les autres parce qu'ils manquent de moyens afin de subvenir à leur famille? Seraient-ils cannibales seulement pour survivre? Je sais que la notion de survie peut parfois faire ressortir le côté le plus noir d'une personne, mais ce n'était pas une raison pour séparer le veau de la vache.

« - Il est normal de vouloir abattre une vache à l'âge adulte si on en a suffisamment pour que les autres puissent survenir aux besoins du village. Croyez-vous vraiment être seul dans cette communauté au point d'être aussi égoïste et de tuer un animal qui pourrait être la source de lait de plusieurs enfants et d'adultes? Si vous manquez tant de nourriture, allez voir un paysan qui acceptera peut-être de vous donner du blé ou aller voir à la cours du Roi si vous pouvez obtenir de la nourriture en échange d'un travail ou d'un service rendu ultérieurement. » continuais-je calmement, même si je dois dire que ma patience a des limites, surtout avec ce genre de personne. « - Comment osez-vous me parler de cette façon?! Oh c'est bien sûr connu que les chevaliers se croient au-dessus des pauvres villageois comme nous et qu'ils n'en ont rien à faire! Oh ils sont trop occupés à nous défendre et à festoyer autour d'une bonne table remplit de nourriture! » Ma mâchoire se serra pendant de longues secondes. « - Non, mais êtes-vous stupide au point de dire que nous ne nous soucions pas de vous? Nous avons donnés notre vie pour servir notre royaume et de prôner la paix à travers ces terres! Sans nous vous ne vivrez même pas. Oh et si vous êtes chanceux d'avoir survécu à la guerre, eh bien tout ne serait que poussière et cendre! Réveillez-vous, qui que vous soyez. Enkidiev ne tourne pas seulement autour de vous et de votre petite personne égoïste seulement! Ce veau restera avec sa mère, peu importe ce que vous direz. Vous êtes assez méchant pour enlever un pauvre petit animal qui a autant le droit de vivre que votre enfant, alors vous ne méritez certainement pas de prendre ce petit avec vous! Monsieur Herbert nous a bien dit la vérité sur ses intentions et croyez-moi je peux bien le vérifier. Quant à vous, vos raisons sont bien plus obscures et surtout trop égoïstes pour que vous puissiez le garder. Maintenant retournez dans votre maisonnée et éviter de perdre votre taureau pour que celui-ci saute tout ce qui bouge et que se problème se produise à nouveau. Aies-je bien été claire? » Ma voix était cassante, chevrotante et surtout remplit d'une certaine colère à l'égard de cet homme qui ne me plaisait pas.

Soudain, les paroles d'Isaiah me vinrent dans mon esprit et cette fois-ci, mon esprit fut brouillé par la colère et le dégoût de cet homme. « Vous osez vous en prendre à vos propres enfants et à votre femme!? » Et cette fois-ci l'homme comprit qu'on lisait dans ses pensées. Puisque je fus trop occupée à le sermonner d'une façon dure, il était assez lucide pour comprendre qu'il s'agissait de mon écuyère. Aveuglé par la colère que ses manières sauvages soient découvertes, il s'avança vers elle. Son intention fut claire dès qu'il leva le bras, doigts repliés en un poing. Mon réflexe premier fut de protéger mon écuyère. Je repoussais Isaiah de la main. Assez fort pour qu'elle se pousse de plusieurs pas sur le côté ou qu'elle tombe pour ne pas être blessée. Je fus celle qui reçu le coup de poing au visage. Le coup fut assez dur pour que ma lèvre soit fendue et que tu sens perle tranquillement le long de mon menton. « - Vous êtes déjà un lâche de vous en prendre à vos propres enfants, à votre femme et vous osez lever la main sur une adolescente qui se trouve sous ma protection? Vous allez croupir au fond du cachot et votre famille sera sauvée de votre carcasse puante d'égoïste sauvage! » Je n'ai rien ressenti à son coup grâce à ma résistance, une sorte de pouvoir qui permet de ne ressentir rien sauf si la douleur est vraiment trop intense. Je m'avance d'un pas et il n'eut à peine le temps de voir mon poing partir sur sa figure. Mon coup, déjà puissant, fut augmenté par l'adrénaline qui coulait dans mes veines ainsi que la colère. Ses pieds décolèrent du sol et il s'étendit de son long sur le dos. Il gémit une fois avant de se redresser. « Sale garce, tu va voir ce que tu mérites! » Je ne m'en attendais pas moins d'un homme comme lui. Je m'amuse un peu avec lui. Il tend son bras. Manqué. Un autre coup. Manqué. Mes pieds glissent dans un sens, puis dans un autre, laissant le bras fendre l'air. Tout à coup, je me saisis de son bras lors d'un autre coup et je le fracasse brutalement contre mon genou, ce qui eut pour effet de casser les os du cubitus et du radius reliés à la position du coude. Il cria de douleur et retient son bras contre lui.

Toujours aveuglé par la colère, le propriétaire du taureau s'essaie avec son autre bras. J'en ai assez de le voir essayer. Je veux qu'il comprenne que sa cause est maintenant perdu et qu'il va devoir s'excuser avant de finir ses jours dans une des cellules du château. Je me laisse soudainement tomber sur le côté afin de rouler rapidement et je me redresse pour lui faire dos. Du moins, j'essai. Je réussis à poser ma main contre son épaule et un fuseau électrique le traverse. Son dos se cambre, son visage se plie dans un rictus de douleur et il tombe à genoux. Toujours la main sur son épaule, je me penche vers lui et je pointe mon écuyère. « - Maintenant, tu vas t'excuser à mon écuyère pour avoir tenté de l'agresser. Ensuite, tu présenteras tes excuses à monsieur Herbert. Pour ta famille, une notice sera envoyée au château et ils seront très bien accueillis jusqu'à ce qu'ils puissent vivres à nouveau sans toi. » dis-je calmement malgré la colère qui m'habitait. L'homme, visiblement souffrant, leva son regard vers Isaiah. « - J...je suis désolé....» son ton saccadé était la note de la souffrance dû aux chocs électriques qu'il subissait. Je n'en envoyais pas assez pour lui faire du dommage permanent ou le tuer... même si j'en avais cruellement envie. Le propriétaire du taureau fit ses excuses à celui qui possédait la vache. * Que des soldats du château d'Émeraude me rejoigne à la ferme de monsieur Herbert. Nous devons arrêté l'un des villageois. Ces méfaits seront exposés au Roi ainsi qu'à la cours royale afin d'y être jugé. * Mon message télépathique avait été entendu. Je relâche l'homme et il s'écroule sur le sol. Je m'avance vers mon écuyère. « - Tu vas bien? » L'homme n'était pas mort du tout. Il souffrait, simplement. Au point où il ne pouvait pas vraiment bouger. Pour ma part, j'essayais encore de calmer la colère qui m'habitait.
 



1615 mots

© By Halloween sur Never-Utopia


_________________

Vëlessia

Chef des Chevaliers d'Émeraude & Princesse des elfes


Mes roses. 6 au total =):
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
écuyer d'émeraude
crédits : arcadie
race : Humain
royaume : Je réside à Émeraude mais je suis née dans le royaume de Perle
âge : 16 ans
métier : Écuyère de Vëlessia
Messages : 1163
Âme-soeur : Elias Riversen

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Mar 7 Juin - 1:54

On peut pardonner, mais oublier, c’est impossible.

Et je tombe au sol. Attendez, retournons un peu en arrière ! J'écoute l'échange de mon maître avec le propriétaire du taureau, échange de paroles mouvementées et je fais ce qu'elle m'a demandé de faire, soit de rentrer dans l'esprit des deux individus pour en savoir un peu plus sur eux. Que ce soit de mauvaises pensées, de mauvaises intentions, je le serais. Le propriétaire de la vache me semble être un homme bon et je vois qu'il est sincère, mais le second, il est méchant alors je le transmets à mon maître. Je ne pensais pas que cela prendrait une telle tournure. Mes mains sont toutes deux accrochées aux rênes des deux chevaux alors que mon maître s'emporte un peu plus contre le propriétaire du taureau. Elle a raison de s'emporter, j'en aurais fait de même si j'avais été à sa place, aucune personne ne devrait porter la main sur une femme ou un enfant, ni même sur un homme en soi mais les hommes semblent être enclin à la bagarre. Je ne comprends pas comment cet homme peut faire du mal à sa propre famille et l'autre éleveur semble être sous le choc de cette révélation, il ne devait pas se douter qu'ils étaient battus même si je sais qu'il y a quelques signes qui ne trompent pas. Le voilà qui s'approche de moi, un pas, deux pas, trois pas, quatre pas, cinq pas et le voilà qu'il lève son bras et ses doigts se referment pour former un poing, ça y est, je comprends, il a compris que c'était moi qui avais fouillé dans son esprit et il veut me le faire payer. Alors que je lâche les rênes pour me protéger avec mes bras du poing qui arriver je n'ai même pas le temps de les lever que me voilà projeter au sol, Vëlessia prenant le coup qui m'était destinée. Je m'étale par terre même si mes coudes amortissent le choc, mes pupilles vont se braquer sur mon maître puis sur l'homme qui se tient devant elle, bouillonnant de rage. Comment va-t-elle ? Je ne peux voir que son dos et j'espère qu'elle n'a pas été trop amochée par le coup même si je la sais résistante. Je l'entends qui parle, qui lui dis qu'il est un lâche de battre sa femme et ses enfants, elle lui parle du fait qu'il a osé vouloir s'en prendre à moi, mes lèvres se pincent et je ne dis rien, il passera le reste de ses jours dans un cachot, voilà que la sentence vient de tomber.

Je suis restée au sol pendant que mon maître lui parler et préfère le rester alors que je vois qu'une bagarre s'enclenche entre Vëlessia et l'homme. Cet homme qui est un grand, fait de muscles, les épaules larges et ayant de grandes mains. Je ne veux pas douter de mon maître, je ne doute pas de ses capacités, mais je ne doute pas non plus que l’éleveur est beaucoup de force. J'ai peur pour elle, peur qu'il lui fasse plus mal qu'il n'a pu déjà le lui faire. Le propriétaire de la vache a reculé de plusieurs pas, ne voulant sûrement pas recevoir des coups, ne sachant pas que faire d'autres, il ouvre des yeux stupéfaits, ne s'attendant certainement pas à ce que l'affaire tourne ainsi. Fantôme quant à lui a baissé la tête et broute tranquillement l'herbe à ses pieds, je ne peux le voir, mais il observe la scène qui se déroule sous nos yeux. Alors que je viens de me redresser, je frémis en entendant le bruit bien commun de l'os qui se casse – même si pour le coup il y en a deux qui viennent de se briser – et le cri de douleur de l'homme. L'idée de m'approcher de mon maître pour la calmer me vient mais rapidement je la balaye, je risque surtout de me faire blesser. Je me sens bien démunie et préfère rester près des chevaux, mes doigts vont se glisser de nouveau sur les rênes même si je doute qu'ils s'enfuient, je finis par baisser les yeux, ne souhaitant plus voir cette scène de violence qui se passe devant moi. Je prône la parole et non la violence, je n'aime pas l'idée de devoir faire preuve de violence ni même qu'un jour je devrais tuer, si seulement tout pouvait se régler par la parole …

Fantôme s'ébroue tout en poussant un hennissement alors que mes yeux se relèvent vers l'homme qui est à genoux non loin de moi maintenu par mon maître, de ce que je peux voir il souffre, mon cœur se pince, je n'aime pas la souffrance. Il a bien mérité la raclée qu'il vient d'avoir mais malgré tout je n'apprécie pas de voir souffrir les gens. Le voilà qu'il balbutie des excuses « Vos excuses sont acceptées. » dis-je d'une voix calme. Je ne pense pas qu'il pourra un jour recommencer à lever la main sur quiconque, je ne lui envie guère la situation dans laquelle il s'est mise. Je peux voir que la lèvre de mon maître est fendue, dû au coup qu'elle a reçu en voulant me protéger. Il s'excuse auprès du propriétaire de la vague qui les accepte. L'homme tombe au sol au moment où Vëlessia le lâche, mon regard reste fixé sur lui, la violence me met mal à l'aise, jusqu'à ce que mon maître soit près de moi alors mes yeux viennent se poser sur elle « Oui, je vais bien merci. Attendez ... » je lève l'une de mes mains vers son visage et quelques secondes plus tard sa lèvre est guérie ce qui me fait esquisser un faible sourire « C'est mieux comme ça. Vous allez bien ? Vous devriez vous nettoyer, vous avez du sang sur le menton ... » mes yeux finissent par glisser vers l'homme qui est toujours étendu au sol avant de se glisser vers mes mains, puis je vais les poser sur ceux de mon maître « Puis-je, s'il vous plaît ? » Comprendra-t-elle ma requête ? L'acceptera-t-elle ? Peut-être est-ce malvenu de ma part de vouloir aller guérir cet homme alors que mon maître s'en est pris à lui ? Il a voulu m'agresser, qui sait ce qu'il aurait pu me faire si Vëlessia n'était pas intervenue … mais je souhaite malgré tout faire en sorte qu'il ne souffre plus. En tout cas, si mon maître l'accepte.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chef des chevaliers d'Émeraude
I will fight all my life for the freedom
crédits : June (vava), Moi (gif 1), Tumblr (gif2)
race : Mes deux parents sont des elfes de sang pur, ce qui fait de moi une elfe.
royaume : Je suis tout d'abord née au royaume des elfes avant de m'établir à Émeraude à cause de mon statut de chevalier.
âge : 32 ans
métier : Je suis née princesse des elfes avant de dévouer corps et âme à mon rôle de chef des chevaliers d'Émeraude, Maître d'Isaiah
Messages : 960
Âme-soeur : Telles les ténèbres de la nuit, la lumière de soleil, le néant de l'espace... Elle est là, mais imperceptible, encore inconnue.
partie libre :



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Dim 12 Juin - 0:35



« Vis comme si tu devais mourir demain... Apprends comme si tu devais vivre toujours. » ▬ Gandhi

Je sais que ce que je viens de faire n'est pas la meilleure solution, mais cet homme était prêt à mettre la main au collet de mon écuyère et je devais réagir. Ma colère m'a aveuglée. J'avais brisé les os d'un bras d'un homme sous l'aveuglement de la colère. Je l'avais également électrocutée pour éviter qu'il ne se relève. J'avais agis d'une manière brute, mais je devais réagir face à l'hostilité de cet inconnu. Ma colère retombait peu à peu et je sentais que mon souffle revenait peu à peu à la normal. Les paroles du fermier percutent mes oreilles et je basse les yeux en sa direction. Il s'est excusé, ce qui est la moindre des choses après ce qu'il avait osé essayer de faire. Je soupire. Je laisse mon écuyère guérir ma blessure même si j'avais pu aisément le faire moi-même sans qu'elle ne gâche sa magie à vouloir m'aider. Si elle n'avait pas été là j'imagine bien que ce fermier serait mort de mon épée sous l'effet de la colère. Je ne suis guère parfaite, mais la colère est certainement une partie de moi qui me rend vulnérable dans certaines situations. Je fixe quelques secondes le sol, puis mon attention est retournée en direction d'Isaiah. « - Notre destination est la rivière Wawki, je me laverai lorsque nous serons rendues là-bas. Pour le moment, notre priorité est cet homme pour que les gardes l'amène au château » dis-je d'une voix légèrement cassante. Je ne suis pas contente, pas du tout. Malgré que ma colère soit tombée, je ressens de l'amertume, autant envers cet homme qu'envers moi-même.

Dès qu'Isaiah s'approcha de cet homme, je savais ce qu'elle voulait faire. Même pas besoin de lire dans ses pensées. L'adolescente souhaitait réparer ce que j'avais cassé. Je regarde vers le château et je vois les troupes de gardes. Ceux-ci sont à dos de cheval au galop. Cela ne prendrait pas de temps qu'ils arriveront ici. « - Fait ce qui te semble juste » répondis-je à sa question. Je ne l'ai pas autorisé et je ne l'ai pas empêché de le faire. Elle devait prendre certaines responsabilités même si je suis son maître. Elle approche de l'adoubement, elle doit se montrer davantage responsable de ses actes, prendre ses actions en main. Certaines demandent encore mon autorisation, mais d'autres il faut parfois prendre le risque afin de voir ce que ça donne. Lorsqu'elle usa de sa magie pour guérir l'homme, on entendit les sabots des chevaux qui arrivaient. Je fis attention que tous les trois nous nous reculions afin de laisser les gardes arrêter cet homme. Il ne fut pas attaché, car il ne présentait pas une réelle menace face aux gardes. Je me suis entretenue avec le chef de la garde pendant quelques instants afin de lui expliquer la situation. Ils regagnent tous leurs chevaux avec le prisonnier sur l'un d'eux et repartent au château. Je me tourne vers Herbert. « - Soyez assuré que cet homme ne perturbera plus votre vie ni vos animaux. Je vous souhaite une belle portée et que vos vaches nourrissent encore des familles pendant longtemps. » L'homme semble esquisser un sourire et je me retourne vers mon cheval afin de grimper sur son dos. Je fis signe à Isaiah de faire de même. Nous nous dirigeons vers la rivière Wawki qui se situait de l'autre côté du château, au travers des sentiers et de la forêt.

« - Je suis désolée que tu m'aies vu m'emporter de la sorte. Personne en ce monde n'est parfait, spécialement pas moi lorsque je suis emportée par la colère. » dis-je calmement à mon écuyère afin d'expliquer mon comportement et de m'excuser qu'elle ait assistée à cette scène. « - Certaines émotions nuisent à notre jugement ainsi qu'à notre rôle, mais elles servent à retenir nos erreurs et d'éviter le plus possible qu'elles se reproduisent. Il est certain que certaines de tes actions un jour te mèneront à t'éveiller toute la nuit, à épuiser ton esprit.... mais tu t'adapteras un jour et tu survivras. Certaines personnes ont plus de chance sur ce côté. On ne sait jamais comment notre destin est ficelé devant nous. Nous devons couper cette ficelle et avancer comme nous le devons, comme nous voulons que notre destin soit. C'est toujours en faisant des erreurs que nous apprenons le plus. » Je ne voulais pas qu'Isaiah prenne peur du rôle de Chevalier d'Émeraude, mais elle devait se rendre compte que tout n'était pas parfait. Certaines choses dans la vie vont la mettre face contre terre et d'autres vont la relever. Tout n'était pas parfait, bien loin de là, mais il faut toujours profiter des petits aléas bénéfiques qui nous tombent sous le nez. C'est le seul moyen selon moi d'accepter et de vivre la vie comme elle se doit.

 



855 mots

© By Halloween sur Never-Utopia


_________________

Vëlessia

Chef des Chevaliers d'Émeraude & Princesse des elfes


Mes roses. 6 au total =):
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
écuyer d'émeraude
crédits : arcadie
race : Humain
royaume : Je réside à Émeraude mais je suis née dans le royaume de Perle
âge : 16 ans
métier : Écuyère de Vëlessia
Messages : 1163
Âme-soeur : Elias Riversen

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Jeu 16 Juin - 0:51

C'est mon opinion, et je la partage.

Est-ce que j'ai peur de la violence ? Je ne crois pas, je ne sais pas. Peut-être un peu, oui. Mais je ne peux nier que j'aie été choqué par la scène qui s'est déroulée devant moi. Je ne pensais pas que mon maître pourrait en venir aux poings, mais bon, ce n'est que mon point de vue, que moi qui préconise la parole plutôt qu'à la bagarre. Je ne crois pas que j'aurais été capable de faire la même chose qu'elle. Je l'aurais certes fait arrêter, bien entendu, un homme qui bat sa femme et ses enfants se doit d'être mis hors d'état de nuire. Mais de là à le frapper. Même s'il avait osé lever la main sur mon écuyer, je ne crois pas que j'aurais agi de la même façon de Vëlessia, mais c'est parce que je n'aime pas utiliser la force, je dis ça mais peut-être que dans le feu de l'action j'aurais agi comme elle. Je me contente de hocher la tête positivement lorsque mon maître m'annonce que notre destination est la rivière Wawki non loin du château mais que pour le moment notre priorité est cet homme. Nous allons devoir attendre l'arrivée des soldats avant de nous mettre en route, cela ne me dérange pas, c'est normal que nous devions entendre l'arrivée des soldats cet homme pourrait décider de s'enfuir ou de s'en prendre à sa famille une dernière fois en sachant ce qui va lui arriver. Je demande par contre l'autorisation à mon maître de soigner l'homme qui est au sol, je n'aime pas voir la souffrance, même auprès des gens mauvais comme le propriétaire du taureau. Je prends les mots qu'elle prononce comme une autorisation et me penche, décidant déjà par soigner le visage de l'homme avant de descendre vers le bras « Si vous aviez été un homme bon, cela ne se serait pas passer comme ça. J'espère que vous repenserez à vos actes et verrez que vous avez fait de mauvais choix. » Il ne me faut que peu de temps pour le guérir en entier et j'entends le bruit de sabots des chevaux montés par les soldats venus du château. Je m'éloigne un peu pour les laisser arriver. Je ne crains pas cet homme et je n'ai pas craint qu'il veuille me frapper de nouveau quand je me suis accroupie près de lui pour le soigner, s'il avait voulu me frapper j'aurais su me défendre.

Mon regard suit le groupe de soldats qui s'éloigne déjà avec l'homme sur l'un des chevaux, je trouve ça dommage que des hommes puissent être si mauvais au point de devoir être enfermés. Mon attention n'était pas concentrée sur mon maître qui parlait à Herbert mais plutôt sur cet homme qui allait devoir être jugé par le roi et peut-être finir ses jours dans un cachot. J'aurais aimé que cela se finisse autrement, que cet homme ne soit pas si méchant, mais j'ai bien conscience que le monde est loin d'être rose mais qu'il est plutôt gris avec des marques de blancs et de noirs. Et avec ce risque de guerre il va devenir bien plus noir. Je capte tout de même le signe que me fait Vëlessia pour que nous remontions sur nos chevaux, je m'exécute sans un mot et fais remonter la tête de Fantôme qui broutait tranquillement. Il continue de mâcher ce qu'il avait arraché de la terre avant de devoir remonter sa tête. Alors que nous nous dirigeons vers notre destination finale j'entends mon maître prendre la parole malgré tout mes yeux restent braqués sur la route et je ne dis rien pendant qu'elle parle, l'écoutant avec attention. Je ne réponds rien à ce qu'elle vient de me dire, préférant garder le silence en tout cas pendant plusieurs minutes avant de me décider à prendre la parole sur un tout autre sujet. « Croyez-vous que c'était mal de s'introduire dans leurs esprits ? » Oui, je reste perturbée parce que y s'est passé et je doute. Certes, c'est bien car nous avons pu découvrir que cet homme frappait sa famille mais au vu de sa réaction cela me fait penser que c'est peut-être mal au final … et puis, qu'a bien pu penser de tout ça monsieur Herbert. C'est comme violer l'intimité d'une personne, son jardin secret, nos pensées devraient rester à l'intérieur de nos têtes et non être entendues par d'autres si nous ne le souhaitons pas. Je n'aime pas l'idée qu'on puisse lire mes propres pensées alors je peux bien comprendre la réaction de cet homme – même si je la trouve disproportionnée – je peux comprendre que cela ne lui ait pas plu non plus. Moi non plus ça ne me plairait pas de savoir que l'on s'est introduit dans ma tête.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chef des chevaliers d'Émeraude
I will fight all my life for the freedom
crédits : June (vava), Moi (gif 1), Tumblr (gif2)
race : Mes deux parents sont des elfes de sang pur, ce qui fait de moi une elfe.
royaume : Je suis tout d'abord née au royaume des elfes avant de m'établir à Émeraude à cause de mon statut de chevalier.
âge : 32 ans
métier : Je suis née princesse des elfes avant de dévouer corps et âme à mon rôle de chef des chevaliers d'Émeraude, Maître d'Isaiah
Messages : 960
Âme-soeur : Telles les ténèbres de la nuit, la lumière de soleil, le néant de l'espace... Elle est là, mais imperceptible, encore inconnue.
partie libre :



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Jeu 16 Juin - 22:50



« Vis comme si tu devais mourir demain... Apprends comme si tu devais vivre toujours. » ▬ Gandhi

« - Si vous aviez été un bon homme, vous auriez évité de telles blessures, certes... mais vous vous exposez à la mort si quelqu'un apprend ce que vous avez fait. N'importe quel villageois pourrait s'en prendre à vous parce que vous avez osé vous en prendre à votre femme et pire encore, à vos enfants. Vous risquez la prison à vie pour vos agissements. Nous attendrons de voir ce que le conseil en dira, mais croyez-moi... je serais présente au cours du jugement et je vais mettre mon grain de sel là-dedans » dis-je en regardant l'homme de haut. Je ne l'aime pas, pas besoin de le deviner pour le savoir. Je lui ai fracassé le nez ainsi que le bras. Il n'y a pas meilleur moyen de voir que je ne l'appréciait pas. Je ferme calmement les yeux pendant quelques secondes afin de prendre de grandes inspirations, essayant ainsi de calmer mon coeur qui battait à tout rompre dans mon thorax. Dès que les soldats furent arrivés et l'arrêtèrent, je me mis calmement en route vers la rivière Wawki. Je ne suis pas inquiète de ce qui va lui arriver, car il mérite ce qu'il lui arrive. Je ne suis peut-être pas totalement fière de la manière dont je m'y suis prise, mais dans un sens oui. Cet homme méritait une véritable punition pour s'en être prit à des personnes plus faibles que lui, surtout de sa propre famille.

Je tourne la tête en direction d'Isaiah lorsqu'elle me pose la question au sujet de la télépathie. Est-ce bien de rentrer dans la tête des gens? Bien sûr que non. C'est une violation des droits privés d'une personne. On viole ainsi son intimité, ses pensées les plus profondes. Il est très difficile d'accepter que quelqu'un rentre dans notre tête. « - La vérité c'est que ce n'est pas bien de pénétrer dans l'esprit d'autrui, peu importe de qui il s'agit. Toutefois, certaines occasions se présenteront où tu n'auras pas le choix de le faire. Comme cette fois-ci. Deux hommes qui auraient très bien pu nous mentir. Nous n'aurions pas su qui disait la vérité et qui mentait. Nous n'avons pas toujours le choix le plus facile à faire Isaiah. Même si personne n'apprécie que quelqu'un entre dans leur tête, parfois c'est la seule meilleure chose à faire. » Je ne sais pas si mon écuyère comprenait l'importance de ce que je venais de lui dire. Il faut qu'elle comprenne que c'est important parfois de prendre des risques afin d'éviter de blesser d'autres personnes ou mêm d'éviter de tuer quelqu'un. « - Tu n'aurais pas pénétrée ses défenses si je ne te l'avais pas demandé? Imagines-toi la gravité des choses si nous ne l'avions pas fait. Sa femme et ses enfants ce soir, que leur serait-il arrivé? Seraient-ils là demain? Même si ce n'est pas facile, nous pouvons parfois sauver des vies en faisant une telle chose » lui dis-je calmement.

Je dirige mon cheval en direction de la rivière Wawki. J'y ai été assez souvent pour savoir le chemin par coeur. Je pouvais presque m'y rendre les yeux fermés! Je me sens toujours bien au bord de la rivière. Ce serait en quelque sorte l'endroit parfait pour nous reposer et surtout me calmer de ce qui venait d'arriver. Près d'une vingtaine de minutes suffirent pour que nous arrivions à notre destination. Je descendis de ma jument et la laissa manger de l'herbe comme bon lui semblait. Je sais qu'elle ne s'enfuira pas. Elle est trop attachée à moi pour me faire une telle chose. Je me retourne ensuite vers mon écuyère. « - Alors! Voyons si tu écoutes bien en cours pour l'histoire du royaume. Que sais-tu à propos de nos traditions? Avons-nous une fête particulière? Avons-nous un dieu en particuliers auprès duquel nous prions? » lui demandais-je calmement. Nous n'étions pas en entraînement physique, mais cela ne m'empêchait pas de poser quelques questions intellectuels pour savoir si elle écoutait bien durant ces cours.

 



717 mots

© By Halloween sur Never-Utopia


_________________

Vëlessia

Chef des Chevaliers d'Émeraude & Princesse des elfes


Mes roses. 6 au total =):
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
écuyer d'émeraude
crédits : arcadie
race : Humain
royaume : Je réside à Émeraude mais je suis née dans le royaume de Perle
âge : 16 ans
métier : Écuyère de Vëlessia
Messages : 1163
Âme-soeur : Elias Riversen

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Sam 18 Juin - 17:42

Il n'y a pas plus grande arme que la connaissance ni de plus grande source de connaissance que l'écrit.

Ce qui vient de se passer me tourmente quelque peu. J'ai l'impression d'avoir fait quelque chose de mal. Alors je pose la question à mon maître de savoir si c'est mal de rentrer dans la tête des gens. J'ai déjà mon idée, c'est mal, nous n'avons pas à rentrer dans la tête des gens et Vëlessia vient me confirmer ce que je pensais. Je me sens un peu plus mal à l'aise alors que je l'écoute. Certes, cela a permis de découvrir que cet homme maltraitait les membres de sa famille mais il n'en reste pas moins que je suis rentrée dans sa tête. Est-ce que je risque des ennuis pour cela ? À quoi sert d'être télépathe si nous n'avons pas le droit de rentrer dans l'esprit des gens quand nous pensons qu'il le faut ? En fait, j'ai plutôt un avis mitigé, je sais que moi, je n'apprécie pas lorsqu'on s'introduit dans mon esprit – et il est donc logique que ça soit de même pour les autres – mais je sais tout de même que dans certaines circonstances il faut bien le faire. Par exemple lorsqu'on se retrouve face à un adversaire pour savoir quels coups il va faire. Voilà que les mots de mon maître me mettent mal à l'aise et je baisse un peu la tête mon regard se perdant sur l'encolure de mon cheval « Je ne sais pas ... » je bredouille comme réponse, gênée. Je préfère me taire, c'est mieux comme ça. Je ne sais pas, là, maintenant tout de suite si j'aurais pris l'initiative d'aller fouiller dans l'esprit des deux éleveurs pour voir s'ils disaient vrai. Je me sens coupable maintenant, heureusement cet homme est à présent hors d'état de nuire mais si je n'étais pas rentrée dans sa tête peut-être que ses enfants ou sa femme auraient pu être découverts mort demain. Alors je préfère garder le silence ne cherchant pas à me sentir un peu plus coupable que je le sens déjà.

Nous arrivons finalement au bout d'une vingtaine de minutes à la rivière Wawki, une fois descendue de Fantôme je passe ses rênes derrière les étriers pour qu'il ne se prenne pas les sabots dedans et ne risque pas de se blesser. Quant à lui il n'a pas attendu pour baisser la tête et se mettre à brouter. Je souris en le voyant faire, glouton. Il m'a déjà fait tomber une fois parce qu'il avait vu quelque chose d'intéressant, il a tourné et moi j'ai continué tout droit. Heureusement je n'ai pas été blessé mais je lui en ai un peu voulu, par moments il pense un peu trop à son estomac, mais malgré tout il reste un très bon cheval et j'ai beaucoup d'affection pour lui, comme il en a pour moi. J'aime passer du temps avec lui, même s'il m'arrive qu'il m'agace. Les questions que me pose mon maître me surprennent, pas les questions en soi,le fait que Vëlessia ait décidé de m'interroger. Je fronce les sourcils, j'écoute bien en cours alors il me suffit de me rappeler ce qui a été dit. Déjà la fête, ça c'est facile, c'est la première chose qui me revient en mémoire « Nous avons une fête en l'honneur de Parandar. » C'est peut-être parce que j'aime particulièrement les fêtes que c'est ce qui m'est venu en premier « Il y a deux divinités que nous vénérons en particulier. Liam, le dieu des tempêtes et Dressad celui des récoltes. » Enfin, c'est surtout les Emeriens qui les vénèrent en particulier, la divinité de mon royaume, celle de Perle c'est Rogatia, la divinité du travail. Même si j'habite depuis longtemps à Émeraude je ne peux le considérer comment étant pleinement mon royaume, Perle est mon royaume, j'y suis née. « Nous brûlons nos morts dans une cérémonie silencieuse et respectueuse, tout le monde a droit au respect, qu'il soit vivant ou mort. Il est coutume de présenter son enfant au roi peu de temps après sa naissance. Bien entendu, tout sujet se doit de poser un genou à terre devant le roi. Comme pour tous les royaumes j'imagine … Je n'ai rien oublié ? » Je doute d'avoir oublié quelque chose, j'ai une bonne mémoire et je suis attentive durant les cours, même quand les sujets ne m'intéressent pas forcément, mais sait-on jamais ! Fantôme s'est éloigné, s'approchant de la rivière pour s'y abreuver, je ne doute pas qu'il recommencera tout de suite après à brouter.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chef des chevaliers d'Émeraude
I will fight all my life for the freedom
crédits : June (vava), Moi (gif 1), Tumblr (gif2)
race : Mes deux parents sont des elfes de sang pur, ce qui fait de moi une elfe.
royaume : Je suis tout d'abord née au royaume des elfes avant de m'établir à Émeraude à cause de mon statut de chevalier.
âge : 32 ans
métier : Je suis née princesse des elfes avant de dévouer corps et âme à mon rôle de chef des chevaliers d'Émeraude, Maître d'Isaiah
Messages : 960
Âme-soeur : Telles les ténèbres de la nuit, la lumière de soleil, le néant de l'espace... Elle est là, mais imperceptible, encore inconnue.
partie libre :



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Mer 13 Juil - 4:18



« Vis comme si tu devais mourir demain... Apprends comme si tu devais vivre toujours. » ▬ Gandhi

Isaiah ne semblait pas convaincue de ce que je lui avais dit. Mon écuyère était parfois trop gentille envers les autres, peut-être trop timide sur les gestes à poser. Elle allait bientôt entrer dans l'âge adulte et son adoubement était prochain. Elle devait apprendre certaines choses sur la vie, sur ce qui se passait autour d'elle, sur comment réagir. Elle devait se prendre en main, car dans certaines situations, elle allait être prise de cours et pourrait même y perdre la vie. Je défais calmement le sac accroché sur le dos de ma jument et je le porte sur mon épaule jusqu'à la base de la rivière où nous allons nous installer un bon moment. Isaiah avait choisi de ne pas s'entraîner physiquement, mais cela n'allait guère m'empêcher de lui poser des questions afin de vérifier ses connaissances. Lorsque j'ai posé mes questions à mon écuyère, je détachais une simple roche de la terre que je me mise à faire rouler entre mes mains. J'écoutais ses paroles. Elle avait quand même bien écouté en classe. Toutefois, savait-elle des informations sur les royaumes voisins ou n'avait-elle apprise que le royaume d'Émeraude? Les dernières paroles de mon écuyère me fit baisser les yeux quelques secondes vers l'herbe. Ma fille me manquait terriblement. Seuls mon ancien maître et le roi étaient au courant que j'avais eu une fille lors de mes 16 ans. C'était l'âge actuel de mon écuyère. J'aimais profondément ma fille. Freya était ma fierté. Même si elle me ressemblait physiquement, elle était différente de moi mentalement, une bonne partie du moins. Elle était davantage souriante, moins dure envers autrui. Elle semblait être en meilleur contrôle de ses émotions à moins qu'elle ne s'emporte presque jamais.

« - Tout le monde a le droit à une cérémonie respectueuse et silencieuse, sauf les meurtriers et ceux qui sont enfermés dans le cachot du château. Ceux-ci sont souvent condamnés à mort et un bourreau viendra les chercher. Souvent, ils meurent par décapitation. Même s'ils seront accueillis sur les plaines de lumière, ce sont des parias qui ont décidés de faire du mal aux autres ou d'enlever la vie à des innocents » commentais-je, relevant les yeux vers mon écuyère. Si Isaiah n'avait pas été avec moi avec cet homme qui avait osé toucher à sa femme et ses enfants, il serait sûrement mort. La différence, c'était que sa mort aurait été justifiée. Je ne l'aurai pas tué de sang-froid, ce n'est pas mon genre de faire une telle chose. « - Tu n'as rien oublié dans l'essentiel. La seule chose qui est un peu plus difficile à reconnaître, c'est notre commerce. Le royaume d'Émeraude n'a pas vraiment de commerce en tant que tel. Nous sommes surtout reconnus pour avoir les meilleurs forgerons pour les armes, le fer. Sinon, le roi ouvre souvent ses portes pour recevoir différents marchands. D'autres royaumes ont des commerces forts intéressants. Comme le royaume de Perle. Perle offre les meilleurs chevaux qu'on ne peut retrouver ailleurs. Fal possède de l'huile d'olive exceptionnelle. Jade offre les meilleures soieries qu'on ne trouvera jamais ailleurs ainsi qu'un vin qui enivre les plus grands buveurs. Les autres royaumes possèdent également leurs commerces, mais ce sont là quelques petits exemples » dis-je calmement. J'avais d'ailleurs remarqué que mon écuyère s'entraînait seule. Les chevaliers parlent entre eux et nous pouvons d'ailleurs ressentir l'énergie à travers le château. Même si Isaiah n'était pas tout le temps avec moi, j'avais en quelque sorte ''l'oeil'' sur elle.

« - D'ailleurs, aurais-tu rencontré des gens qui ne viennent pas d'ici? Des rencontres qui t'ont en quelque sorte marquées? » lui demandais-je, levant les yeux vers elle. Je lui posais cette question, car plusieurs visites avaient été observées au royaume ces derniers temps. On avait pu avoir la visite de deux royautés, deux reines principalement. La reine de Fal et de Jade étaient à nos portes afin de s'entretenir avec le roi. Je me demandais si Isaiah avait pu en rencontrer l'une des deux ou d'autres personnes. Après tout, je suis curieuse et la royauté n'était parfois pas si simple à approcher.


 



731 mots

© By Halloween sur Never-Utopia


_________________

Vëlessia

Chef des Chevaliers d'Émeraude & Princesse des elfes


Mes roses. 6 au total =):
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
écuyer d'émeraude
crédits : arcadie
race : Humain
royaume : Je réside à Émeraude mais je suis née dans le royaume de Perle
âge : 16 ans
métier : Écuyère de Vëlessia
Messages : 1163
Âme-soeur : Elias Riversen

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Mer 13 Juil - 15:14

Les inquiétudes sur l'avenir forment le poison le plus amer sur l'instant présent de la vie.

Je comprends tout à fait que les meurtriers n'aient pas le droit à une telle cérémonie. La seule cérémonie à laquelle ils ont droit, c'est celle avec le bourreau qui leur coupera la tête ou les pendra. Je déteste ça, mais c'est la justice. Une personne qui tue des innocents se doit de payer pour son crime. Mais nous qui devons tuer, ou devront, à vous de voir, ne devrions-nous pas être catalogué comme meurtrier ? Les champs de bataille amassent les morts dans les deux camps, nous tuons, nous sommes des meurtriers. Ce n'est pas comme si nous tuions un animal, nous tuons nos semblables. Mais la guerre n'est pas encore là, mais je me dis qu'elle ne devrait pas tarder. Je ne suis pas la seule à le penser, mais je préfère vivre au jour le jour, même si je planifie des rencontres nocturnes avec Élias … Perle … lorsque j'entends mon maître m'en parler mes pensées vont vers ma famille « Quand je suis partie, ma famille élevait des chevaux. Je suppose que c'est toujours la même chose aujourd'hui. » oui, je suppose, parce que je n'ai pas de nouvelles d'eux depuis que je suis arrivée à Émeraude. Ils ont décidé de couper les ponts avec moi et j'ai du mal à l'accepter, j'aimerais tellement avoir des nouvelles d'eux. Au moins, ils ne sont pas à Opale, là, j'aurais bien plus de raisons de m'inquiéter. « Je me souviens de la première fois que je suis montée sur un cheval. » Fantôme n'est pas le premier sur lequel j'ai chauffé. « C'était une vieille jument, elle s'appelait Tempête, mais elle était très calme, patiente. Elle était si grande et moi, si petite. C'était assez impressionnant. » un petit sourire apparaît sur mes lèvres à ce souvenir « J'ai eu le vertige une fois que j'ai été sur elle et j'avais surtout peur de tomber. Mais ça c'est bien passé, mon père l'a fait marcher. Puis il m'a fait monter chaque jour. » et c'est comme ça que j'ai appris à monter sur des chevaux. Tempête, puis d'autres. Nous sommes ici pour apprendre à mieux nous connaître et je pense que partager un tel souvenir avec mon maître est une bonne manière pour elle d'en apprendre un peu plus sur moi.

Mes pensées s'égarent l'espace de quelques instants mais je reviens bien vite à l'instant présent lorsque j'entends mon maître me poser une question. Ai-je rencontré des personnes ne venant pas d'ici ? Je cherche et rapidement mes pensées vont vers cette reine que j'ai rencontré « Oui, j'ai fait la rencontre de la reine de Fal. L'avez-vous déjà rencontrée ? Elle est vraiment belle. » Être belle ne veut pas dire qu'elle soit une bonne dirigeante. Mais en apparence elle a l'air d'être quelqu'un de bien. J'ai bien rencontré une fois un forgeron mais il habite dans notre royaume. C'est grâce à Fantôme que je l'ai rencontré. Ou plutôt à cause. Mon cheval a pris peur en voyant un serpent et m'a fait tomber avant de s'enfuir au galop. Je tombe rarement, mais la douleur est toujours la même à chaque fois que je chute. Je ne lui en ai pas tenu rigueur, je comprends qu'il est pu avoir peur mais si je n'ai pas peur de ces bêtes. « Maître, un jour allez-vous vous aussi devenir reine ? » Je sais qu'elle est princesse du royaume des Elfes, mais elle est aussi notre chef. Pourra-t-elle concilier les deux ? Et si l'année prochaine on lui demande de remplacer ses parents sur le trône, qu'adviendra-t-il de moi ? Je doute qu'un autre chevalier veuille bien de moi comme écuyère. Et si elle part, qu'adviendra-t-il de notre Ordre ? Qui la remplacera ? Je ne veux pas qu'elle parte, je l'apprécie et trouve qu'elle est une bonne chef. J'ai cette impression d'avoir en elle une alliée face à ceux qui ne m'apprécient pas et/ou qui ont peur de moi. Je sais que certaines personnes pensent que je suis mauvaise, que mon pouvoir fait de moi quelqu'un de mauvais, que je mérite de l'avoir. Mais ils ne me connaissent pas, ils ne savent pas qui je suis. Ils ne savent pas que j'apprends à des enfants à monter à cheval – ce qui plaît beaucoup à Fantôme, surtout quand on lui donne des gâteries – ils ne savent pas que je suis quelqu'un de bien, qui se soucie des autres et ne souhaite pas leur faire de mal. Je déteste mon pouvoir, je le porte comme un fardeau et à chaque fois que je l'utilise que ça soit volontairement ou accidentellement, je le déteste un peu plus. Alors si Vëlessia part, je me sentirais bien démunie et perdue sans elle.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chef des chevaliers d'Émeraude
I will fight all my life for the freedom
crédits : June (vava), Moi (gif 1), Tumblr (gif2)
race : Mes deux parents sont des elfes de sang pur, ce qui fait de moi une elfe.
royaume : Je suis tout d'abord née au royaume des elfes avant de m'établir à Émeraude à cause de mon statut de chevalier.
âge : 32 ans
métier : Je suis née princesse des elfes avant de dévouer corps et âme à mon rôle de chef des chevaliers d'Émeraude, Maître d'Isaiah
Messages : 960
Âme-soeur : Telles les ténèbres de la nuit, la lumière de soleil, le néant de l'espace... Elle est là, mais imperceptible, encore inconnue.
partie libre :



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Sam 15 Oct - 7:23


Les petits conflits
Vëlessia & Isaiah


Mes yeux se tournent vers Isaiah lorsqu'elle me parle de sa famille, brièvement. Je détourne légèrement la tête par la suite. Cela devait être difficile pour elle de ne pas vraiment avoir de nouvelle de sa famille. C'était la partie la plus difficile quand nous étions chevalier et qu'on possédait toujours une famille, au loin, selon moi. Je l'écoute parler de ses expériences à cheval et un sourire apparaît sur mes lèvres. « - Les meilleures expériences sont souvent celles de notre enfance. D'ailleurs, c'est sûrement cette expérience qui t'a vraiment permise de savoir correctement monter à cheval. C'est une excellente expérience à posséder le plus tôt possible. » dis-je calmement. C'est une chose essentielle pour notre travail. Elle me parle de la reine de Fal. « - Fal possède de si magnifiques couleurs. C'est un royaume qui mérite d'être visité. Les Fallois sont très festifs, ils savent recevoir en grand et ils ne le font pas de piètre manière. » Je caressais tendrement la crinière de ma jument. Sa prochaine question me fait légèrement froncer les sourcils. « - Là est une question que je ne pourrais directement répondre. Le chevalier Alice n'est pas apte à devenir reine selon mes parents et Morgane ne désire pas le trône. Ma soeur désir davantage fonder une famille et se concentrer sur la magie plutôt que de seconder mes parents. Il n'y a que moi qui ait l'âme de diriger un royaume comme Elfe selon eux. Toutefois, je ne me sens pas prête à prendre ce risque, à devoir rencontrer les hauts dirigeants, d'être entièrement diplomate face à tous les conflits. J'essai déjà du mieux que je peux ici. »

La main dans la crinière de ma jument, je tourne la tête vers mon écuyère. Mon expression avait un peu changée. Celle-ci étai davantage douce. « - Le royaume des elfes est un endroit magnifique, vivant, mais hostile pour le moment. Si je devais devenir reine, je ferais surtout changer les choses afin que les frontières soient ouvertes. Comme Opale, Elfe n'est pas accessible. Presque. » Le mot ''presque'' signifiait bien que je pouvais y pénétrer, Morgane aussi si elle sortait et revenait. Opale était bien fermée à toute intrusion. Les elfes avertissaient surtout les visiteurs en brandissant arcs et flèches en leur direction. Ils n'hésitaient pas à tuer les passants, ce que je n'acceptais pas. « Le rôle de reine est bien différent de celui de chevalier. Certes le chevalier doit protéger les villageois, ses frères et soeurs d'armes, mais... son rôle est moins important que le roi ou la reine. Je m'explique... » Nous arrivons enfin à la rivière Wawki et je descends de ma jument, atterrissant sans problème sur mes pieds. Je marche plusieurs pas afin de m'arrêter près de la rivière. « - Le roi ou la reine doit réunir le plus de royaume possible, avoir les meilleurs alliés possible si une guerre éclate. Il faut savoir parler, négocier, être diplomate, impartial dans certaines situations. Ils doivent s'assurer au bien être de leurs villageois, de tout le royaume. Le commerce doit bien fonctionner afin que le royaume ne tombe pas dans les ruines, dans la famine. Et encore là il y a bien d'autres choses. » Je me retourne calmement vers Isaiah et j'affiche un petit sourire aux lèvres.

« - Peut-être un jour devrais-je être appelée à les seconder, mais ce jour n'est guère venu et je ne crois pas que cela viendra de sitôt. N'oublions pas que les elfes vivent très longtemps. Certes le temps est une énigme et nous ne pouvons prévoir ce qui arrivera demain, mais ne nous inquiétons pas trop du futur pour le moment. Ce qui me concerne en ce moment c'est toi, l'ordre et surtout l'épidémie qui nous menace. » Je fais une légère pause afin de reprendre mon souffle et de la laisser penser pendant quelques secondes. « - Je sais que tu t'inquiètes à propos de ton pouvoir, Isaiah, mais sache que les gens n'ont pas vraiment peur du pouvoir en tant que tel, mais parce qu'ils ne le connaissent pas. Ce n'est pas spécialement toi qu'ils détestent, c'est ce qu'il est. Au fil du temps tu apprendras à le contrôler, je suis certaine. J'ai un mental très fort, certains te diront qu'il est d'acier. Je serais sûrement capable au fil du temps de ne plus avoir mal avec ce pouvoir. Je te suggère donc qu'à l'entraînement nous essayons de pratiquer ton pouvoir, de voir où cela peut nous mener. Je sais que cela va t'inquiéter, mais je saurais me relever. Tu dois affronter plusieurs de tes peurs pour avancer, pour ne pas rester sur place, mais surtout pour ne pas reculer. » Je me rapproche calmement d'elle de quelques pas. « - Sans douleur, sans risque, sans problème... nous ne vivons pas. On doit tous prendre des risques un jour ou l'autre. Le risque d'être blessée surtout. Je suis ton maître et je me dois de t'aider du mieux que je le peux, même si cela veut dire de me mettre en mire de ton pouvoir. C'est justement en s'exerçant qu'on devient meilleur, que les choses changent, que cela fait moins mal. Alors c'est ce que je te propose. » Je sais qu'elle hésitera, qu'elle ne voudra sûrement pas, mais c'est sûrement une bonne idée afin de l'aider elle ainsi que moi.
AVENGEDINCHAINS

_________________

Vëlessia

Chef des Chevaliers d'Émeraude & Princesse des elfes


Mes roses. 6 au total =):
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
écuyer d'émeraude
crédits : arcadie
race : Humain
royaume : Je réside à Émeraude mais je suis née dans le royaume de Perle
âge : 16 ans
métier : Écuyère de Vëlessia
Messages : 1163
Âme-soeur : Elias Riversen

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Sam 15 Oct - 21:16

Le préjugé est enfant de l’ignorance.

Certains de mes camarades reçoivent des lettres de leurs familles mais moi non, j'ai bien fini par m'y habituer, mais c'est toujours difficile d'entendre quelqu'un parler de sa famille alors que la mienne se refuse à tout contact avec moi. J'envie même un peu mon maître qui a la possibilité de voir de tant à autres ses parents, je me demande si nous passions un jour près du domaine de ma famille, si ceux-ci accepteraient de me voir ? Je crois qu'ils sont comme d'autres, à penser que je suis un monstre. Mon statut d'écuyère me permet de voyager et j'ai un vague souvenir de Fal, je crois que nous y sommes allées peu de temps après que je sois devenue écuyère, de ce que je me souviens, le pays est magnifique, très chaud et surtout recouvert de sable, j'ai été émerveillé en le voyant. Un véritable contraste avec les autres royaumes. « J'ai de vagues souvenirs de notre séjour là-bas, j'espère qu'un jour nous aurons la possibilité d'y retourner. » Je crois que c'est légitime pour moi de m'inquiéter de l'avenir de mon maître, comme d'autres dans l'Ordre, elle est née princesse, elle a plusieurs sœurs, mais ses parents choisiront laquelle pour gouverner à leur place, le jour où ils se retiront du trône ? Lorsque nous rentrons dans l'Ordre, les princesses et princes doivent renoncer à devenir héritier. Je sais que toutes ses sœurs ne sont pas toutes chevalières, cela donne la possibilité à ses parents de choisir. Mais je m'inquiète et si finalement Vëlessia décidait de nous laisser au profit de son peuple ? Ce serait compréhensible, mais alors qui s'occuperait de moi ? Qui s'occuperait de finir ma formation ? Et si un autre chevalier me prend en charge, me verra-t-il comme d'autres me voient, un monstre ?! C'est une préoccupation qui m'arrive d'avoir, cela fait partie des multitudes de sujets qui concernent mon avenir. « Mais vous êtes notre chef ... » je finis par soupirer, elle a raison nous ne devrions pas nous inquiéter du futur, en tout cas de ce futur, il y a déjà bien des problèmes à gérer pour le moment. Comme l'épidémie qui est présente à Opale. « Maître … je euh … » j'hésite, j'ai la possibilité de revenir en arrière et de ne pas lui poser cette question, pourtant, je m'entends continuer « Pourquoi avoir accepté de me prendre comme écuyère ? J'imagine que vous saviez déjà pour … pour ma capacité … et il y a sûrement de bien meilleurs écuyers que moi. » Mes lèvres se pincent et je baisse les yeux, je regrette déjà d'avoir demandé, j'aurais dû me retenir. C'est complètement déplacé, je devrais juste me contenter qu'elle veuille bien de moi à ses côtés et ne pas me poser des questions. Déjà que je suis bien contente qu'on m'ait accepté au château et qu'on m'ait donné un avenir autre que de devenir la femme d'un autre noble pour lui faire des enfants … « Non … faites comme si je n'avais rien dit ... »

À peine quelques mots prononçaient par mon maître et déjà je commence à comprendre ce qu'elle va me dire. Elle veut me proposer son aide pour que je puisse contrôler un peu mieux mon pouvoir. Je me mordille nerveusement la lèvre inférieure. Sa proposition est louable et au fond, je l'en remercie, mais je n'aime guère utiliser mon pouvoir, c'est une capacité qui me rebute. Je ne veux pas voir la peur dans les yeux des gens, surtout de ceux que j'apprécie. Vëlessia est quelqu'un de fort, je n'en doute pas, elle est sûrement bien plus forte que moi. Mais reste qu'utiliser mon pouvoir d'apparition de la peur sur elle ne m'enchante guère. Selon elle, les gens n'ont pas vraiment peur de mon pouvoir comme il est, mais parce qu'ils ne le connaissent pas. Pour moi, ils ont peut de ce pouvoir qui est un fardeau pour moi, comment ne pourrait-on pas avoir peur d'un pouvoir qui fait apparaître ses propres peurs ? Et pourtant … « J'ai entendu plus d'une fois des personnes au sein du château parler de moi en tant que monstre ... » je marmonne. Je ne cite aucun nom, que ça soit serviteur ou écuyer, ou bien même chevalier, je sais que ma présence dans les murs du château d’Émeraude ne plaît pas à tout le monde et que certains pensent que je n'ai pas ma place au sein de l'Ordre. « Je vous remercie, mais je ne crois pas que ce soit une bonne idée … vous connaissez mes réticences à utiliser ce pouvoir et m'en servir un minimum me conviens très bien. Et puis … je ne vais tout de même pas l'utiliser sur vous ! » Je ne sais pas, j'hésite, peut-être que si je m'entraîne un peu plus, même si je sais déjà contrôler mon pouvoir, peut-être que celui-ci arrêtera de s'activer dès que je ressens une forte émotion telle que la colère ou bien la douleur ? Mais non, je reste bloquée, je ne peux pas, je ne veux pas, il me répugne tellement à l'utiliser et je ne souhaite pas que mon maître fasse les frais de son utilisation, je ne veux pas qu'elle voie ses peurs, qui aimerait voir ses peurs ? Pas moi en tout cas. Main sur l'un de mes bras, je me sens gênée, elle veut m'aider mais ça ne peut pas être une bonne solution ...
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chef des chevaliers d'Émeraude
I will fight all my life for the freedom
crédits : June (vava), Moi (gif 1), Tumblr (gif2)
race : Mes deux parents sont des elfes de sang pur, ce qui fait de moi une elfe.
royaume : Je suis tout d'abord née au royaume des elfes avant de m'établir à Émeraude à cause de mon statut de chevalier.
âge : 32 ans
métier : Je suis née princesse des elfes avant de dévouer corps et âme à mon rôle de chef des chevaliers d'Émeraude, Maître d'Isaiah
Messages : 960
Âme-soeur : Telles les ténèbres de la nuit, la lumière de soleil, le néant de l'espace... Elle est là, mais imperceptible, encore inconnue.
partie libre :



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   Sam 29 Oct - 21:54


Les petits conflits
Vëlessia & Isaiah


Je sais que mon écuyère hésitera à utiliser son pouvoir contre moi et même refuser. Toutefois, il allait falloir qu'elle le fasse un jour ou l'autre avant que quelqu'un n'en subisse les pires assauts. Je me suis débarrassée de mes bottes et je me suis avancée vers la rivière Wawki. Mes yeux s'y plongent pendant de nombreuses secondes avant que la voix d'Isaiah me vienne en tête. Je l'écoute parler, mais c'est lorsqu'elle daigne se remettre en question que j'ose me retourner vers elle. Pourquoi l'aies-je choisi elle comme écuyère et personne d'autre? La question peut se poser, bien sûr, mais je suis plutôt surprise qu'elle doute. Je m'approche de quelques pas pour être suffisamment près d'elle. « - Et pourquoi donc? » lançais-je sans détourner le regard de la jeune femme. Isaiah était proche de devenir chevalière et elle devait ouvrir ses yeux sur cet avenir. Si elle doutait, je ne pouvais pas grand chose pour elle. Si elle voulait fuir l'Ordre je ne sais pas trop comment je pourrais le prendre puisqu'elle est sous ma responsabilité et je serais très mal d'avoir perdue mon écuyère. C'est peut-être même pire que de la voir périr sur le champ de bataille.

« - Il y a sûrement un de mes pouvoirs que tu ne connais pas Isaiah puisqu'il est un peu invisible. Cependant, il est très utile, surtout avec un pouvoir comme le tiens » continuais-je. Je ne me mets pas en colère, mais elle doit se faire un peu plus confiance. Je sais qu'un pouvoir comme le tiens peut être effrayant à avoir. « - Les gens traitent les autres de monstres lorsqu'ils ne connaissent pas la source du problème, quand ils ignorent les fondements, ce qui entoure tout ça. » Je détourne finalement le regard pour regarder les feuillages des arbres. Je prends une grande inspiration et je pose les mains contre mes hanches. « - Les chevaliers n'ont pas peur de ton pouvoir. Seulement, ils ne savaient pas trop s'ils pouvaient t'aider. Voilà la différence dans le pourquoi c'est moi qui est ton maître. Grâce à l'un de mes pouvoirs je serais capable de résister à ton pouvoir suffisamment longtemps pour que tu t'entraînes. » Je finis par croiser mes bras ensemble. « - Mon pouvoir consiste à une forte résistance physique et mentale. Il est plus dangereux de s'attarder sur la résistance physique puisque je ne peux rien ressentir de mes blessures et ce, même si elles sont graves. Toutefois... le choc mental est différent. C'est un immense mur qui est très difficile à franchir. » dis-je calmement en ayant un peu baissé les yeux vers elle afin de la regarder de nouveau. « - Tu ignorais sûrement aussi que j'ai moi-même la crainte de l'un de mes pouvoirs. Tu peux faire apparaître la pire peur chez quelqu'un, mais moi je peux faire endurer les pires souffrances physiques. Même si je le contrôle quand même bien, durant mes fortes émotions il se peut qu'il s'enclenche seul. » poursuivis-je sérieusement. « - Je suis la mieux placée pour t'avoir comme écuyère sous plusieurs points. Ce que les autres disent sur toi ne m'atteigne pas parce que je sais ce que tu vaux et parce que la méchanceté de ces gens est gratuite. Ils ne devraient même pas juger ce qu'ils ne comprennent pas. Mais la peur fait parfois faire et dire de drôles de choses aux gens... »

Je m'approche de ma jument et je caresse tendrement ca crinière. Je passe sur son museau et je ferme les yeux quelques secondes. Je me souviens d'une scène où j'avais vraiment fait souffrir quelqu'un en ayant aucun contrôle sur mon pouvoir. Cela remontait à bien longtemps, mais c'était arrivé. « - Je refuse que tu te sente mal pour un pouvoir que tu peux apprendre à contrôler avec le temps. C'est toi qui t'arrêtes à tes peurs parce que tu ne veux pas blesser quelqu'un, dont moi. Toutefois... il faut prendre des risques dans ce métier. Nous sommes là pour protéger le peuple et le défendre. J'ai moi-même eu des faiblesses et je me suis retrouvée à terre. Je me suis relevée souvent toute seule, mais d'autres fois j'ai eu besoin d'aide. Donc, je refuse que tu te voile et que tu recules alors que tu peux parfaitement avancer avec l'aide nécessaire, de la pratique et du temps » finis-je par dire en me retournant vers elle à la fin de mes paroles. Isaiah devait apprendre à foncer davantage, à avoir une meilleure confiance en elle même si ce dernier point peut prendre plusieurs années.
AVENGEDINCHAINS

_________________

Vëlessia

Chef des Chevaliers d'Émeraude & Princesse des elfes


Mes roses. 6 au total =):
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les petits conflits # Vëlessia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les petits conflits # Vëlessia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» sos petits caniches toys doivent etre euthanasiés !!! HELP !
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Les petits santons ;-)
» SOS 125 à 130 petits chiens entassés dans une maison(08)
» Les petits cailloux d'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legacy Of Enkidiev :: Émeraude :: Ailleurs :: Les villages-
Sauter vers: