L'épidémie s'est étendue aux royaumes de Diamant, de Rubis et de Perle.
Toutefois, leurs frontières ne sont pas encore fermés, puisque la situation n'est pas encore aussi pire qu'à Opale.
Veuillez prendre cet avancement en compte lors de vos prochains rps

Si possible, veuillez favoriser les personnages masculins, les pvs et les scénarios lors de votre inscription. Merci!


La seconde intrigue est lancée! Rendez-vous juste ici pour plus d'informations.

Nous manquons cruellement de royauté, de peuple et de magie!
Veuillez privilégier ces groupes! Notez que si vous choisissez la chevalerie,

la royauté n'y est pas permise. Merci à vous <3 <3

Partagez | 
 

 Indépendamment du but initial, nous aboutissons toujours à quelqu'autre arrivée, imprévue. # Merwan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
écuyer d'émeraude
crédits : Moonsun
race : Humain
royaume : Je réside à Émeraude mais je suis née dans le royaume de Perle
âge : 16 ans
métier : Écuyère de Vëlessia
Messages : 1046
Âme-soeur : Elias Riversen

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Indépendamment du but initial, nous aboutissons toujours à quelqu'autre arrivée, imprévue. # Merwan   Lun 6 Fév - 23:41

Tout ce qu'on peut faire d'un bon conseil, c'est de le transmettre. A celui qui le reçoit, il ne sert jamais à rien.

Il fait froid aujourd'hui, comme les autres jours d'ailleurs, mais cela ne m'a pas empêché de sortir du château. Parce que aujourd'hui, je vais donner l'un de mes cours aux enfants qui peuplent les villages voisins au palais. J'aime les instruire, il n'est pas question de leur apprendre à manier les armes, même si plus d'un me le réclament, mais de leur apprendre à monter à cheval. Fantôme se prête volontiers à l'exercice, les enfants ne le dérangeant pas et encore moins lorsque ceux-ci lui apportent des sucreries. Je fais tout de même surveiller ses dents régulièrement, ne souhaitant pas que celles-ci noircissent. Moi-même, j'aime lui donner des friandises, mais je sais me modérer. Alors que les gamins étant toujours ravis de le voir, lui donne régulièrement des mets qui pourraient faire du mal à ses dents. En tout cas, ça ne le dérange pas le moins du monde, étant donné que monsieur est un ventre sur pattes. Je crois même qu'il a quelques kilos en trop ! Je comprends que les enfants aiment être en sa présence, monter à cheval est toujours plaisant et encore plus avec mon destrier qui est d'un tempérament calme et patient et il est agréable de monter sur lui. Lorsque je galope avec lui, j'ai l'impression d'être sur un nuage tant il est doux lorsqu'il court. Je ne sais pas trop comment expliquer cette sensation, mais je peux vous assurer que j'adore galoper avec lui. Et il en va de même avec mes élèves. Mes cours je les donne lorsque j'ai un moment de libre et ces derniers temps, j'en ai donné moins car nous sommes régulièrement déployés à travers le royaume pour patrouiller, à cause du messager retrouvé mort sur nos routes.

Au moins, cette après-midi mon maître m'a laissé la possibilité de vaquer à mes occupations au lieu que nous entraînions. J'ai donc saisi l'occasion pour aller donner l'un de mes cours et voir s'ils n'ont pas régressé durant mon absence, sait-on jamais ! Pour ma part, je suis née à Perle, alors on peut dire que l'équitation est dans mes gênes. J'ai appris toute petite à monter à cheval, j'ai été très impressionnée par la jument que j'ai montée, elle était bien plus grande que moi et j'avais si peur de tomber. Mais celle-ci était âgée et très patiente – en plus d'être tolérante – ça n'a pas été facile, mais j'ai fini par savoir parfaitement me tenir sur le dos d'un équidé que ça soit au pas, au trot ou au galop. Et cela bien avant que j'arrive à Émeraude pour commencer ma formation pour devenir chevalier. On peut dire que je partais avec un point d'avance, certains de mes camarades ne sachant pas être à dos de cheval lorsque nous sommes devenus écuyers, Vëlessia n'a pas eu à me l'apprendre car je savais déjà. Et j'étais même plutôt fière de lui montrer que je savais et que l'on pouvait m'épargner un tel entraînement. Par contre, même si j'aime beaucoup Fantôme et que je lui fais confiance, lorsqu'il est question de lâcher les rênes pour tirer à l'arc sur son dos, j'ai beaucoup de difficulté, je me tends comme la corde de mon arc le fait, ressentant un certain stress et de la nervosité que je ne ressens pas habituellement.

Je suis contente de mes jeunes apprentis, ils n'ont pas tant perdu que ça et restent toujours heureux de monter Fantôme. Avec un doux sourire sur mes lèvres, je les écoute me demander quand est-ce qu'ils pourront sauter. Ah ! Le saut ! J'aime quand mon étalon saute des obstacles, ça donne l'impression de voler l'espace de quelques instants. Mais j'ai peur de prendre la responsabilité de le leur faire faire. Et si l'un d'entre eux tombe et se blesse trop gravement ? Ou pire, qu'il meurt sur le coup ? Je sais que Fantôme ne cherche pas à faire de mal et il m'arrive aussi de tomber, cela arrive même aux meilleurs cavaliers ! Je connais la douleur du choc lorsqu'on tombe et je ne peux nier que je me sois au moins cassée une fois un os à cause d'une mauvaise chute, mais je sais que ce n'était pas volontaire de la part de Fantôme de me faire tomber. Lorsqu'il s'arrête brusquement ou qu'il bifurque soudainement, il ne pense pas forcément à si je vais le suivre ou non. Je n'ai pas la capacité de rentrer dans les esprits des animaux et savoir les comprendre, ça, Élias sait le faire, mais il m'est facile de me dire que Fantôme m'aime bien et qu'il lui arrive parfois de faire un mouvement que je n'avais pas anticipé. Je ne pense pas qu'il pense à me faire tomber, nous nous entendons bien et il n'a pas de raison de me faire chuter.

« Je vous assure que j'y réfléchis, mais ça ne sera pas pour tout de suite ! et à ce moment-là, je ne serais pas seule. Il vaut mieux pour tout le monde que nous soyons deux à vous encadrer, au cas ou où il y a un accident. Et je vous préviens, tout le monde n'aura pas la possibilité de le faire, seuls ceux qui ont le plus d'expériences ou qui s'en sortent le mieux pourront le faire. Ça ne veut pas dire que vous ne pourrez jamais sauter, mais ne vous attendez à faire de l'obstacle dans l'immédiat si vous venez à peine d'arriver. » je marque un temps d'arrêt, posant ma main sur l'encolure de mon destrier, puis reprend « Bon allez, pause de dix minutes pour tout le monde, puis on reprend. » J'observe les enfants qui s'en vont alors que d'autres s'approchent de mon cheval, mon attention se reporte vers l'adolescent qui descend de son dos et je n'hésite pas à le complimenter. Ça fait toujours plaisir et ça l’incitera à continuer de faire des efforts.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier d'Émeraude

crédits : Gentleheart
race : Humain
royaume : Diamant d'origine, Émeraude de cœur
âge : Trente ans
métier : Chevalier d'Émeraude
Messages : 238
partie libre :

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Indépendamment du but initial, nous aboutissons toujours à quelqu'autre arrivée, imprévue. # Merwan   Mar 7 Fév - 1:40

Indépendamment du but initial, nous aboutissons toujours à quelqu'autre arrivée, imprévue
“Isaiah G. Lancaster & Merwan Blake”
J’ai toujours aimé l’ambiance qui se trouve hors du château, dans les villages environnant. Il s’y trouve une vie et une sorte d’effervescence qu’on ne rencontre pas à la cour. Vivre dans un village, même sur les terres du royaume d’Émeraude, n’est pas toujours rose, certes. C’est bien souvent un combat constant pour survivre. Mais enfant privilégié, né dans la royauté puis élevé dans un château semblable pour y devenir chevalier, je n’ai pas connu la misère et mon ventre ne s’est jamais tordu sous la faim. Je ne peux pas vraiment pleinement comprendre ces gens. Mais je peux essayer et je peux les aider au besoin. Cela fait partie de mon rôle de chevalier de porter assistance à mon prochain, d’être dévoué aux autres et non pas à moi-même. L’égoïsme n’est pas une valeur prônée au sein de l’Ordre. Alors tout naturellement, je suis curieux et attentif lorsque je me retrouve dans un village comme aujourd’hui. Je profite d’une petite accalmie au château pour prendre l’air. Une balade à cheval était mon plan initial. Mais me voilà à arpenter les allées vivantes d’un village non loin du château. Je suis fièrement dressé sur le dos de mon étalon noir. Ainsi en hauteur, je peux voir toutes les activités aux alentours. Je ne me gêne pas pour scruter les gens et leur sourire lorsque leur attention se porte sur moi. Je ne suis pas là pour faire état d’un malheur, comme bien souvent lorsque nous sommes déployés quelque part. Je suis même présent pour aider et sécuriser si nécessaire. Mon épée ne sera pas dégainée à moins d’une menace sérieuse. Je ressens toutefois une colère de la part de certains individus qui posent leurs yeux sur la cuirasse des chevaliers d’Émeraude. Je finis par baisser la tête et caresser doucement ma monture pour la faire avancer un peu plus rapidement. Je ne me sens pas le bienvenu aujourd’hui. Je ne compte pas insister et imposer ma présence si ces gens sont quelques peu troublés par les récents évènements et les nouvelles toujours plus terribles concernant l’épidémie autour de nous. Qui ne le serait pas. Je compte quitter le village pour reprendre ma balade à cheval lorsque j’en aperçois justement un familier, entouré d’enfants. Je reconnais Fantôme, la monture de l’Écuyer de Vëlessia. Curieux, j’observe la scène lorsque les enfants s’éloignent d’un seul coup, dévoilant enfin Isaiah. Si ma mémoire est exacte, elle donne des cours d’équitation à des gamins des villages parfois. Je descends de mon étalon avant d’être à sa hauteur et je m’approche ensuite avec mon cheval qui me suit docilement derrière. J’ignore si sa leçon du jour est terminée, mais je me permets de l’aborder tout de même.

« Belle journée pour monter à cheval, Isaiah. » Je lui fais remarquer, malgré le fond d’air froid typique de cette période de l’année. « On n’a jamais eu l'occasion de faire cette course de chevaux, si ça t’intéresse toujours. » Je dis avec un regard de défi. « Et si ta leçon est terminée, évidemment. » Je lui fais un clin d’œil avant de porter ma main à l’encolure foncée de mon étalon.

Mon cheval est une brave bête forte et rapide, idéale pour un champ de bataille. Je suis celui ayant une fois proposé de faire s’affronter nos deux fidèles compagnons, un peu à la blague. Sauf que j’étais sérieux au fond et je le suis encore. De plus, c’est une chose que Laena affectionnait : Se balader à cheval et laisser le vent mêler ses longs cheveux roux. Avoir l’impression de revivre ce moment serait un cadeau inespéré. Bien que je me doute que la jeune écuyère en face de moi n’a pas que cela à faire de relever le défi lancé par un chevalier un peu trop nostalgique.
© Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas
écuyer d'émeraude
crédits : Moonsun
race : Humain
royaume : Je réside à Émeraude mais je suis née dans le royaume de Perle
âge : 16 ans
métier : Écuyère de Vëlessia
Messages : 1046
Âme-soeur : Elias Riversen

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Indépendamment du but initial, nous aboutissons toujours à quelqu'autre arrivée, imprévue. # Merwan   Sam 18 Fév - 3:56

La conversation, ça me plaît. La discussion, non.

J'ai parlé à très peu de personnes que je donne des cours d'équitations en dehors du château. Est-ce parce que j'ai habité à Perle pendant le début de ma vie que je me sens plus à l'aise avec les chevaux ? Peut-être. Mon maître ne fait pas partie de ces personnes qui le savent. Pourquoi ? Parce que je n'en ai pas eu envie, que je n'en ai pas vu l'intérêt et que c'est comme un jardin secret pour moi. Presque secret vu que certains individus le savent. Élias fait bien entendu parti de ces quelques privilégiés à le savoir, parfois il lui arrive de me rejoindre quand je donne cours. Mais la plupart de nos rencontres sont à l'intérieur du château où nous vivons tous les deux. Depuis que nous nous sommes rencontrés, lorsque je venais à peine d'arriver au palais pour commencer ma formation pour devenir chevalière, nous sommes devenus inséparables. Ou presque. Parce qu'il est l'apprenti de maître Talanian et que je suis écuyère, nous ne pouvons plus passer autant de temps que nous le souhaitons ensemble. Mais il n'en reste pas moins que nous nous retrouvons régulièrement, que ça soit de jour comme de nuit, lorsque je suis dans la forteresse. Mon attention se porte vers une voix masculine que je reconnaîtrais entre mille, pas Élias, mais celle d'un chevalier. Merwan Blake. Voici une autre personne qui sait ce que je fais en dehors des murs. Un sourire apparaît sur mes lèvres, ravi de le voir ici même si je ne m'y attendais pas. « Bonjour Merwan, effectivement, c'est une belle journée. » Il fait partie de ces exceptions où je me permets d'appeler un chevalier par son prénom et de le tutoyer. Mon maître, je la vouvoie et ne l'appelle pas par son prénom. En même temps, nous n'avons pas la même relation. « J'avais prévu de faire une pause, mais vu que tu me proposes qu'on fasse enfin cette course ... » que je puisse lui montrer que Fantôme est plus rapide que son destrier « je pense que le cours va être fini plus tôt. »

Je dis aux quelques enfants qui sont autour de Fantôme que la leçon est finalement finie et d'aller le transmettre à leurs camarades. Les restants s'éparpillent et nous voilà à présent tous les deux. Lui me dépassant, alors mes yeux sont levés vers lui « Si je puis me permettre, que fais-tu ici ? » même si je me permets de poser cette question, je n'oublie pas que je suis une écuyère et il est un chevalier. Le jour où Vëlessia l'apprendra, parce qu'elle l'apprendra bien un jour ou l'autre, j'assumerais totalement ce que je fais. Je n'ai pas à m'en cacher, mais c'est ma manière de m'exiler de mon rôle d'écuyer, de toute cette pression que je ressens et des mots que j'entends parfois qui se prononcent derrière mon dos. Je me sens bien quand je suis ici, pas de stress, pas d'énervement, j'oublie la majorité des choses qui peuvent me causer du souci dans mon quotidien, pendant les quelques heures où je donne mes cours. Et puis en même temps, où j'enseigne n'est pas à l'autre bout du royaume mais proche du château sans l'être trop. Ce n'est pas le coin commercial où on peut rencontrer plein de gens et c'est ce que j'apprécie dans ce village. En même temps, si je souhaite trouver le coin commercial, je n'ai qu'à aller à la capitale qui est bien plus active que les bourgades qui pullulent dans le royaume « Et donc, où va être notre arrivée ? » Parce que dans une course, il faut bien un lieu de départ mais surtout un lieu d'arrivée. Je ne suis pas encore sur le dos de Fantôme, mais juste à côté de lui, ma main posait sur son encolure, en dessous de sa crinière. Lui, il ne se soucie guère de notre discussion, ayant bien capté qu'il ne pourra pas avoir de nourriture et puis, ça ne l'intéresse guère les paroles des deux humains qui sont à côté de lui, qu'est-ce que ça peut lui faire au fond ? Il préfère chercher sur le sol quelques pousses qui pourraient passer sous des dents, au moins, il a la délicatesse de rester immobile tout en étant en plein dans ses recherches.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier d'Émeraude

crédits : Gentleheart
race : Humain
royaume : Diamant d'origine, Émeraude de cœur
âge : Trente ans
métier : Chevalier d'Émeraude
Messages : 238
partie libre :

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Indépendamment du but initial, nous aboutissons toujours à quelqu'autre arrivée, imprévue. # Merwan   Sam 18 Fév - 16:31

Indépendamment du but initial, nous aboutissons toujours à quelqu'autre arrivée, imprévue
“Isaiah G. Lancaster & Merwan Blake”
Proposer à cette jeune écuyère une course est assez exceptionnel de ma part. Je n’ai pas l’habitude d’agir avec autant de compétitivité ou du moins, de le démontrer avec des gens qui ne sont pas chevaliers. J’imagine que c’est une étourderie qui m’a poussé à lui faire une telle proposition à l’époque et qu’à cause d’un concours de circonstance, l’occasion de la faire ne s’est jamais encore présentée. Jusqu’à maintenant où cela me revient soudain à l’esprit en la voyant près de son cheval. Je sais que Fantôme est un excellent destrier et que nous avons chance égal de l’emporter. Voilà qui est le plus intéressant à mon avis. Malgré son jeune âge et son rang, Isaiah monte un cheval comme personne. Je peux affirmer sans me tromper qu’elle est même meilleure cavalière que moi et qu’elle surpasse probablement la plupart des autres chevaliers d’Émeraude. Elle a certes la technique, mais saura-t-elle pousser son cheval suffisamment pour déjouer la puissance des muscles de mon étalon noir ? Ce dernier est un cheval de guerre après tout, habitué aux longs déplacements et robuste sur ses pattes. Il est un adversaire de taille pour l’écuyère et son compagnon équin. Le défi s’annonce donc véritablement intéressant. Je réponds ainsi à son sourire en faisant de même. Elle se souvient de ma proposition et cela l’emballe visiblement. Je vois dans son regard une étincelle de compétitivité qui fait écho à la mienne. Je ne sais toutefois pas si j’interromps son cours avec les enfants. Je suis au courant de ce secret surtout par hasard, l’ayant découvert un jour en la croisant comme aujourd’hui. Elle n’a donc pas vraiment eu le choix de me dire la vérité. Je me suis fait un devoir de ne pas rapporter ses activités à qui que se soit, même pas à Vëlessia. Je considère qu’elle ne fait rien de mal, même si elle donne ses cours hors de la sécurité du château d’Émeraude. Elle peut donc avoir confiance en moi à ce niveau là. Finalement, elle m’apprend qu’elle compte faire une pause, voir même écourter le cours afin de pouvoir réaliser le défi. Cette réponse augmente le sourire sur mes lèvres et je porte une main à la crinière sombre de mon étalon, qui lui aussi semble sentir ce qui se passe. L’anticipation d’une course dans les champs. Isaiah indique la fin du cours aux enfants qui s’éloignent progressivement, faisant en sorte que nous nous retrouvons seuls. Elle me demande ce que je fais ici et je n’ai pas grand-chose à lui cacher.

« Une simple balade pour me changer les idées, rien d’exceptionnel. C’est le calme avant la tempête au château et attendre sans rien faire m’est insupportable. »

J’ai un caractère d’homme d’action, qui aime répondre aux situations avec les gestes avant les mots. Il m’est donc aisé d’ainsi me laisser envahir par cet aspect de moi et de n’avoir aucune autre solution que de m’entraîner pour dépenser mon trop plein d’énergie ou bien d’aller prendre l’air comme j’ai choisis de le faire. L’opportunité d’une course dans le contexte actuel est donc la bienvenue, étrangement Elle me demande alors où sera l’arrivée de notre course. Bonne question. Je me mets en selle afin d’avoir un point de vue plus haut. J’observe les champs au loin. La course sera essentiellement un sprint, il n’est donc pas nécessaire de la faire durée éternellement. Je vois au loin une ferme isolée des autres, avec deux arbres rapprochés dont les cimes se touchent presque. On dirait même une porte, la silhouette éloignée des arbres en donnant l’impression. Je pointe donc cette particularité de l’horizon à Isaiah et je m’assure qu’elle l’a voit bien, lui laissant le temps de scruter au loin.

« Le premier qui atteint ces deux arbres est officiellement le plus rapide. Je propose de nous élancer de cette barrière. » Je pointe l’endroit qui est à une centaine de mètres de nous. « Afin de ne pas paniquer la population autour. »

Une fois les règles de distance établies, j’ordonne doucement à mon étalon de se rapprocher de la barrière, toujours sur son dos, jetant un coup d’œil à l’écuyère qui semble aussi impatiente que moi de l’emporter.
© Mister Hyde


Dernière édition par Merwan Blake le Mar 21 Fév - 1:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
écuyer d'émeraude
crédits : Moonsun
race : Humain
royaume : Je réside à Émeraude mais je suis née dans le royaume de Perle
âge : 16 ans
métier : Écuyère de Vëlessia
Messages : 1046
Âme-soeur : Elias Riversen

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Indépendamment du but initial, nous aboutissons toujours à quelqu'autre arrivée, imprévue. # Merwan   Lun 20 Fév - 12:51

Commencer une compétition et ne pas vouloir la gagner, c'est être un compétiteur malhonnête.

Je le sais que je ne suis pas la seule à vouloir être plus active, nous sommes des chevaliers et pour ma part, une écuyère et notre devoir est de protéger les peuples. Sauf qu'en restant au château et en faisant des sorties en dehors pour tenter de retrouver le tueur du messager – qui doit être bien loin à présent – nous ne faisons vraiment rien pour améliorer la situation. En plus de cela, les rumeurs courent que nous serions à l'origine de tous ces problèmes. Bien entendu, je sais que c'est faux. Mais les indices mènent à croire que c'est vrai et tous ceux qui ne nous connaissent pas peuvent facilement le croire. J'aimerais tant que nous allions au royaume d'Opale leur prêter main-forte, au moins, nous montrions que nous compatissons par rapport à l'épidémie qui s'est étendue chez eux et qui à présent, commence à gangrener d'autres royaumes tels que mon royaume natal, Perle. Je comprends ce que ressentent les gens qui ont des proches à Opale, ayant ma famille au royaume de Perle, je ne peux que m'inquiéter pour leur santé. Vont-ils bien ? Depuis que je suis arrivée à Émeraude, je n'ai reçu aucune nouvelle de leur part, même pas de la part de mon grand frère. Je ne sais pas si je dois m'évertuer à leur envoyer une lettre pour savoir s'ils vont bien ou non, car je n'ai pas envie d'avoir une énième déception en ne recevant aucune réponse. Je tente toujours de faire comme si ça ne m'affectait pas tellement, mais cela me fait du mal de voir que ma famille est bien décidée à faire comme si je n'existais pas. Bien entendu, je me suis déjà confiée à Élias par rapport à ça. Je sais que les chevaliers d’Émeraude sont censés être comme une famille, mais je n'arrive pas à les considérer comme tel, me raccrochant à celle que j'ai à Perle et qui ne veut pas de moi. « J'espère que nous allons bientôt vraiment agir. Moins nous sommes actifs, plus les regards et les doutes se tournent vers nous ... » je lui confie

Je grimpe avec aise sur le dos de Fantôme. Même en étant sur lui, je reste plus petite que Merwan, c'est un fait, il est plus grand que moi. Mais il me reste environ deux ans pour gagner des centimètres. Je fais avancer mon destrier vers la barrière qui sera notre point de départ, j'ai bien repéré où sera l'arrivée et je suis confiante en nos chances de gagner. Je ne sous-estime pas pour autant le cheval de mon compagnon du moment, c'est un puissant équidé et il a lui aussi des chances de gagner. Mais je préfère être optimiste « Tu n'as pas peur que je triche ? » lui dis-je en voulant le taquiner. Je suis de ces personnes qui sont fairplay et n'apprécient guère lorsque d'autres triches, alors ça ne risque pas ! Je pourrais viser le cheval de Merwan avec mon pouvoir. Je n'aime pas mon pouvoir et j'aimerais encore moins devoir l'utiliser sur un animal. Jusqu'à présent je n'ai pas eu à le faire, et j'espère que ça continuera ainsi. Quelques regards se tournent alors que nous nous arrêtons au niveau de la barrière, mais je n'y prête guère attention. Ce qui est notre piste de course est dégagée de toute personne et je crois que les habitants du village on comprit qu'il ne vaut mieux pas être sur notre chemin. Je prépare d'ores et déjà mon départ au galop, les oreilles de Fantôme se dressent. Il a compris ce que j'attendais de lui, il pousse un hennissement tout en secouant sa tête. Un sourire en coin a fleuri sur mes lèvres, je n'attends que le top départ de la part du chevalier pour me lancer dans la course.
roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier d'Émeraude

crédits : Gentleheart
race : Humain
royaume : Diamant d'origine, Émeraude de cœur
âge : Trente ans
métier : Chevalier d'Émeraude
Messages : 238
partie libre :

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Indépendamment du but initial, nous aboutissons toujours à quelqu'autre arrivée, imprévue. # Merwan   Hier à 0:59

Indépendamment du but initial, nous aboutissons toujours à quelqu'autre arrivée, imprévue
“Isaiah G. Lancaster & Merwan Blake”
Dans mes songes, je revois souvent Laena, ma défunte femme. Elle m’apparaît belle et souriant, ses longs cheveux roux tombant en cascade sur ses épaules. J’aimais les caresser du bout des doigts, les lissant alors qu’elle dormait à mes côtés. Ce sont des souvenirs douloureux, qui me rappellent ma perte à mon réveil. Je cache cette peine au mieux à mes compagnons, mais ils ressentent aisément mon trouble lorsque j’ai passé la nuit à combattre les visions de Laena. C’est peut-être mal, mais j’aime être auprès de la jeune écuyère de Vëlessia parce qu’elle ressemble à ma femme. Cela me fait du bien, soulage mon cœur meurtrie par son décès. Je n’en ai jamais parlé à qui que se soit, afin qu’on ne me retire pas ce droit purement égoïste. En même temps, je respecte la vie d’Isaiah. Je ne me montre pas envahissant, préférant éviter qu’elle ne développe le moindre sentiment négatif à mon égard. Vais-je un jour m’ouvrir et me confier de Laena auprès de l’écuyère ? Je ne saurais dire. Mais pour l’instant, je me contente de profiter du moment. J’observe la jeune femme avec un léger sourire, un œil presque paternel sur elle. Je suis loin d’être celui devant assumer ce rôle auprès d’elle, je ne suis même pas son maître. Sauf que c’est plus fort que moi. Mon instinct protecteur pourrait me jouer des tours un jour. Sur un champ de bataille, mon attention pourrait se porter sur Isaiah et sa situation. Une telle distraction pourrait être désastreuse. Bref, pour l’instant, ce que nous avons à confronter est une course amicale entre nos deux destriers. Je ne compte pas la laisser gagner si facilement, juste pour mettre plus de piquant dans le défi. Sauf que je ne tiens pas à ce point à l’emporter. Je ne suis pas mauvais perdant non plus. Si elle gagne, elle l’aura mérité, voilà tout. Elle répond à mon commentaire sur l’inactivité actuelle des chevaliers et je ne porte aucun jugement sur ce qu’elle dit. Elle a raison, mais on ne peut entretenir une opinion de la sorte au sein de l’ordre dans les circonstances actuelles.

« Nous devons faire preuve de patience, ne pas agir sans réfléchir. Je fais confiance en Vëlessia et notre Roi pour déterminer le bon moment pour nous. Sauf que cela ne nous empêche pas de devoir tuer le temps d’une manière ou d’une autre en attendant. »

Je termine ma réplique d’un petit rire. Nous faisons ce que nous pouvons pour ne pas tomber dans l’ennui. Il est vrai que tout ne dépend pas entièrement de la chef des chevaliers ou du Roi d’Émeraude, mais ce sont nos supérieurs immédiats et ceux en qui j’ai le plus confiance. Nous devons attendre leur commandement et respecter leur décision, peu importe ce qu’elle sera. L’écuyère monte sur son cheval et nous avançons ensemble jusqu’à la barrière que j’ai désigné comme point de départ. En chemin, elle me demande si je n’ai pas peur qu’elle triche. Je me tourne vers elle en haussant un sourcil. Je finis par agrandir mon sourire en réponse et secouer la tête. Je sais que ce n’est pas son genre d’agir avec une telle déloyauté. Cette idée ne m’a même pas traversée l’esprit. Nous sommes l’un comme l’autre des gens honnêtes et je ne m’inquiète pas le moins du monde sur une potentielle tricherie de sa part. Nous nous arrêtons donc à la barrière et je caresse la crinière de mon étalon qui se redresse fièrement, sentant la course approcher. Un rush d’adrénaline envahit ses muscles, mais aussi les miens. L’idée d’un tel défi est enivrante. Isaiah semble attendre que je donne le départ et je me redresse donc moi aussi sur ma selle avant de jeter un œil de son côté. Elle me semble prête également, déterminée aussi. Je débute donc un compte à rebours de trois jusqu’à zéro. Lorsque j’arrive à zéro, je lance ma monture aux galops qui répond instantanément à mon ordre. Nos chevaux s’élancent en même temps et la vitesse qu’ils atteignent est phénoménale, ainsi poussés sans la moindre retenue. J’ai un immense sourire aux lèvres, exalté moi aussi par une telle sensation de rapidité. Je ne regarde même pas qui mène ou qui est à la traîne. Je suis seulement le mouvement de mon étalon, ne faisant plus qu’un avec lui alors que nous fendons l’air à grande allure. Durant cet instant, je semble décroché, être ailleurs. J’en oubli mes soucis, mes malheurs. Je me laisse absorber par l’instant présent et je le vis à fond. Juste pour cela, la course est pour moi une victoire. Que je la gagne ou non, je n’en ressens plus le besoin. Les deux arbres unis par la cime sont juste devant moi. Je pousse donc mon destrier dans leur direction, sentant la force de ses muscles nous faire accélérer encore davantage.
© Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Indépendamment du but initial, nous aboutissons toujours à quelqu'autre arrivée, imprévue. # Merwan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Indépendamment du but initial, nous aboutissons toujours à quelqu'autre arrivée, imprévue. # Merwan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Le passé nous revient toujours quand on dors... [pv Seth Cooper]
» " Les histoires qu'on aime le plus vivent en nous pour toujours." Avec Lumen...
» Kasumi Matsui • Que sommes-nous l'un pour l'autre ?
» Athala + Nous tombons toujours pour mieux apprendre à nous relever ;

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legacy Of Enkidiev :: Émeraude :: Ailleurs :: Les villages-
Sauter vers: